Jim Watson

Pont Prince-de-Galles: le maire Watson est soulagé

Le maire Jim Watson est soulagé d’apprendre que la Ville d’Ottawa n’aura pas à réparer immédiatement les rails du pont Prince-de-Galles.

Le conseil des ministres a annulé l’ordonnance de l’Office des transports du Canada (OTC). Le dossier s’est retrouvé devant l’OTC lorsque le consortium Mobilité Outaouais-Ottawa, Système et Entreprises (MOOSE) a porté plainte.

« Je suis très satisfait. Je pense que le cabinet a fait la chose qu’il devait faire et je pense que le consortium MOOSE n’avait pas beaucoup de crédibilité pour établir un service de train entre l’Outaouais et Ottawa », affirme le maire Watson.

Si le fédéral avait donné raison à MOOSE, les Ottaviens auraient été contraints de payer « des millions de dollars pour remettre en état un pont qui n’est pas prêt à être utilisé pour l’instant », a indiqué le premier magistrat.

Ce dernier souhaite utiliser le pont à plus long terme afin d’arrimer les systèmes de transports en commun entre Gatineau et Ottawa.

« Pour moi, mon rêve c’est d’utiliser ce pont comme un lien entre la station Tâché du Rapibus et notre train léger. Est-ce possible techniquement ? Ça c’est une chose qu’il faudra étudier, mais pour le moment la prochaine priorité pour nous, c’est le train léger à Barrhaven, Stittsville et Kanata », ajoute-t-il.

Rappelons qu’à l’hiver 2018, l’OTC avait déclaré que la Ville contrevenait à la Loi sur les transports au Canada et avait exigé que la municipalité remédie à la situation en restaurant une portion de 250 mètres des rails.

Une décision que contestait la capitale fédérale.