Plusieurs dossiers en jeu dans Rideau-Vanier

L’opposition au projet de mégarefuge de l’Armée du Salut sur le chemin de Montréal, le développement commercial, le logement et la pauvreté figurent au menu des préoccupations des candidats à l’élection municipale dans le quartier Rideau-Vanier à Ottawa.

Le conseiller Mathieu Fleury, qui sollicite un troisième mandat, a confiance que le mouvement d’opposition au Centre multifonctionnel de 350 lits remporte la contestation du projet devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local.

« Les gens savent que j’ai le dossier en main et ils ont confiance qu’on va gagner », a indiqué M. Fleury.

Deux de ses adversaires à l’élection, Thierry Harris et Matt Lowe, estiment toutefois que M. Fleury a été pris de court concernant le déménagement prévu de l’Armée du Salut du marché By au 333, chemin de Montréal, dans le cœur de Vanier.

M. Harris, un résident de la Basse-Ville, accuse M. Fleury et la Ville d’Ottawa d’avoir mal géré le dossier depuis ses tout débuts en termes de transparence et de responsabilité.

« Le centre proposé est trop gros pour être gérable. J’habite dans la Basse-Ville près de trois refuges, soit les Bergers de l’Espoir, l’Armée du Salut et la Mission, et je peux vous dire qu’en tant que résident, je ne souhaiterais ça à personne de devoir vivre ce qu’on vit. Ce n’est pas parce que les clients sont moins bons ou moins fins que d’autres, c’est parce qu’on ne leur donne pas l’occasion de réussir, de se donner une estime de soi », a partagé cet ancien vice-président de l’Association communautaire de la Basse-Ville.

Matt Lowe, Thierry Harris et Mathieu Fleury

Pour Matt Lowe, le quartier Vanier se doit de rehausser son image dans le secteur commercial pour tenter d’en arriver à miroiter le quartier Westboro et devenir un vrai quartier français.

« Les seules nouvelles entreprises que l’on voit depuis trois ans sont des commerces de prêts sur salaire et de prêteurs sur gages », a déploré l’homme de 50 ans, directeur en logistique et citoyen du quartier Vanier.

« Pourquoi notre secteur n’a-t-il pas été développé comme étant le vrai quartier français d’Ottawa ? Faisons-en la promotion. Développons-nous dans le même esprit que la Petite Italie et le Chinatown, a lancé M. Lowe. Il faut attirer une bonne attention envers nous, et je crois qu’on peut le faire avec l’aide des développeurs et de la Zone d’amélioration commerciale ».

M. Fleury a tenu à rappeler qu’il y a eu des progrès dans le quartier Rideau-Vanier, et que « Rome ne s’est pas bâti en une journée ».

« Les gens savent que le chemin de Montréal sera refait à compter de l’année prochaine et ils savent qu’au même moment on amène le levier de développement économique pour créer du renouveau le long du chemin de Montréal », a-t-il notamment précisé.

M. Harris entend militer durant sa campagne pour qu’un regard approfondi soit posé sur la gestion de l’itinérance et des personnes défavorisées, accusant M. Fleury de ne pas prendre ses responsabilités en la matière.

« Il faut faire le point sur comment nous allons gérer la misère dans notre ville. Il y a des gens qui sont souffrants, et c’est inacceptable qu’on puisse dire que c’est normal ce qui se passe dans nos rues, dans nos parcs et devant nos écoles, où nos enfants sont en train de jouer, alors que nous sommes la capitale nationale d’un pays du G7. Quand le conseiller ne prend pas ses responsabilités, tout le monde se passe la puck, et on n’en arrive à rien », a dénoncé M. Harris.

M. Fleury rétorque que les initiatives municipales prennent souvent plusieurs années à se développer.

« C’est sûr qu’il y a des choses que l’on souhaiterait progressent plus rapidement », a-t-il indiqué.

En 2014, Mathieu Fleury avait remporté l’élection avec 51,5 % des suffrages, soit 18,2 points de pourcentage sur son plus proche rival, Marc Aubin. En 2010, il avait battu George Bédard avec une différence de moins d’un point de pourcentage.

Il y a un autre candidat inscrit dans Rideau-Vanier en prévision du scrutin du 22 octobre, soit Salar Changiz, mais Le Droit n’a pas été en mesure de le contacter.