Le Comité conjoint de l’urbanisme, de l’agriculture et des affaires rurales reporte sa décision sur le niveau de densification et d’étalement urbain du prochain Plan officiel d’urbanisme de la Ville d’Ottawa en raison du grand nombre de citoyens souhaitant s’exprimer sur la question.
Le Comité conjoint de l’urbanisme, de l’agriculture et des affaires rurales reporte sa décision sur le niveau de densification et d’étalement urbain du prochain Plan officiel d’urbanisme de la Ville d’Ottawa en raison du grand nombre de citoyens souhaitant s’exprimer sur la question.

Plan officiel: intérêt marqué des résidents d'Ottawa

L’intérêt des Ottaviens pour l’avenir du développement immobilier de leur ville est plutôt indéniable. Le Comité conjoint de l’urbanisme, de l’agriculture et des affaires rurales reporte sa décision sur le niveau de densification et d’étalement urbain du prochain Plan officiel d’urbanisme de la Ville d’Ottawa en raison du grand nombre de citoyens souhaitant s’exprimer sur la question.

Peu après 18h, les élus membres des deux comités chargés d’offrir une recommandation à l’ensemble du conseil municipal ont convenu d’entendre quelques autres délégations publiques et de terminer le processus de consultation publique mardi matin. Un total de 109 personnes sont inscrites pour se faire entendre sur la question, alors que quelques centaines de personnes écoutaient les débats en direct sur YouTube lundi matin.

«Nous allons entendre encore une trentaine de personnes et nous finirons probablement après 21h quand même», a lancé la présidente du Comité de l’urbanisme, Jan Harder, au retour de la pause du souper, vers 18h15.

À LIRE AUSSI : Plan officiel d'urbanisme à Ottawa: un «équilibre» qui ne suscite pas l’unanimité

Concilier croissance démographique et environnement, le casse-tête de la Ville d’Ottawa

Le Comité conjoint se réunira à nouveau mardi matin dans l’espoir d’entendre les dernières délégations publiques, poser leurs questions à l’administration municipale et tenir le vote.

Trois scénarios sur la table

Rappelons que les services municipaux recommandent une croissance résidentielle passant par une densification de 51% — qui atteindrait 60% entre 2041 et 2046 — accompagné d’une expansion des zones urbaines et résidentielles entre 1350 et 1650 hectares, pour accueillir la croissance de population anticipée de 400 000 personnes.

Les autres scénarios sur la table sont ceux dits du «statu quo» — densification de 45% et une expansion de la zone urbaine entre 1930 et 2230 hectares — et de la densification à 100%, c’est-à-dire que l’ensemble des nouvelles résidences construites seraient construites dans les zones bâties.

Le conseiller du quartier Rivière, Riley Brockington, cherche toutefois à ajouter une quatrième option qui se voudrait un compromis entre la recommandation de l’administration et le scénario de la densification à 100%.

Cette motion du conseiller Brockington ferait passer le taux de densification à atteindre entre 2041 et 2046 de 60% à 70%. Elle fera l’objet d’un débat entre les membres du Comité conjoint après les délégations publiques.