Une autorisation a été accordée pour la construction d’une tour à l’intersection de la rue Scott et du chemin Clifton.
Une autorisation a été accordée pour la construction d’une tour à l’intersection de la rue Scott et du chemin Clifton.

Plan officiel d'urbanisme à Ottawa: un «équilibre» qui ne suscite pas l’unanimité

Le scénario que l’administration de la Ville d’Ottawa recommande pour le prochain Plan officiel d’urbanisme est loin de susciter un soutien unanime.

« Dans ce que les fonctionnaires appellent le “scénario équilibré”, la Ville d’Ottawa éradiquerait près de 1600 hectares d’espaces verts avec une expansion qui dépasse largement les limites actuelles de la zone urbaine, indique le directeur général d’Écologie Ottawa, Robb Barnes. Nous sommes déçus de ce document et nous invitons les élus à voter en faveur du scénario sans expansion. »

Le président du Comité de l’agriculture et des affaires rurales, Eli El-Chantiry, craint une situation similaire à ce qui s’est produit en 2009.

Le conseil municipal avait adopté une orientation pour limiter l’étalement urbain à 230 hectares, décision contestée devant la Commission ontarienne des affaires municipales — maintenant le Tribunal d’appel de la planification locale — par un groupe de développeurs.

À LIRE AUSSI: Concilier croissance démographique et environnement, le casse-tête de la Ville d’Ottawa

Dans une décision rendue deux ans plus tard, la Commission avait forcé la Ville à étendre son périmètre urbain de 850 hectares.

« Tu ne peux stopper la croissance complètement, elle va se produire d’une façon ou d’une autre. Nous aimerions qu’elle se produise de la façon qu’on le souhaite et éviter qu’elle nous prenne des terres agricoles. On ne veut pas répéter la même erreur et s’assurer que cette fois-ci, ce soit notre décision », soutient M. El-Chantiry.


« Nous allons accueillir 400 000 personnes dans les 25 prochaines années. On doit offrir des options qui répondent aux différents besoins de ces gens. »
Jason Burggraaf

Le directeur général de l’Association des constructeurs résidentiels du Grand Ottawa (ACRGO), Jason Burggraaf, le scénario dit « équilibré » de l’administration de la Ville d’Ottawa n’est pas réaliste. Il considère que même le statu quo exigerait un niveau de densification difficile à atteindre et souhaite plus d’étalement pour offrir une gamme de produits différents.

« Nous allons accueillir 400 000 personnes dans les 25 prochaines années, soutient M. Burggraaf. On doit offrir des options qui répondent aux différents besoins de ces gens, du condo à l’unifamiliale. Il faut également des options abordables pour ces différents types de logements. »

Ce dernier souligne également que la densification représente souvent un grand défi pour les constructeurs, notamment quand vient le moment d’obtenir l’acceptabilité sociale pour de nouveaux projets dans des zones bâties.

L’autorisation accordée pour la construction d’une tour à l’intersection de la rue Scott et du chemin Clifton est un exemple de ces débats, même si le terrain est situé à proximité d’une future station de l’O-Train.

Pour contrer cette embûche, le conseiller du quartier Rideau-Vanier situé au centre-ville, Mathieu Fleury, propose que le prochain Plan officiel prévoie la construction des édifices résidentiels en hauteur dans les terrains vacants sur les artères principales des anciennes banlieues d’Ottawa situées à l’intérieur de la Ceinture de verdure, comme Beacon Hill et Cyrville.

« Sur des routes comme St-Laurent, Blair, Merivale, Baseline, Walkley et Smythe, par exemple, on est capable d’en prendre », indique M. Fleury.

Ce dernier ajoute que ces quartiers sont majoritairement composés de bungalows où il n’y a pas toujours de commerces à distance de marche. En prévoyant ces constructions dans ces secteurs, l’élu croit qu’on peut renforcer ces communautés et leur offrir des services de proximité.