Bien que la construction d’un aréna soit un élément important qui ajoutait un caractère significatif au projet, la Chambre de commerce croit que le réaménagement des plaines LeBreton ne doit pas s’y limiter.

Plaines LeBreton: la Chambre de commerce veut que la CCN négocie avec le consortium DCDLS

La Chambre de commerce d’Ottawa implore la Commission de la capitale nationale (CCN) de négocier avec le consortium DCDLS, le soumissionnaire qui avait terminé second pour le réaménagement des plaines LeBreton.

« Afin de ne pas perdre l’élan, la Chambre de commerce demande à la CCN d’envisager l’option d’entamer des négociations avec l’autre groupe qui est prêt à procéder au réaménagement complet », écrit la Chambre de commerce dans un communiqué de presse.

Le consortium DCDLS est composé entre autres de l’entreprise gatinoise Devcore ainsi que d’hommes d’affaires tels que Guy Laliberté et André Desmarais. Lors de l’annonce de la décision de la CCN la semaine dernière, le président de Devcore, Jean-Pierre Poulin, n’a pas caché sa frustration, indiquant qu’il y a eu « plusieurs irrégularités » dans le processus depuis 2016.

La nouvelle approche envisagée par la CCN inquiète les membres de la Chambre de commerce. Selon eux, la Société d’État devrait opter pour une vision globale plutôt que d’opter pour une vision en pièce détachée. 

« La Chambre de commerce offre son soutien à la création d’un projet emblématique pour les plaines LeBreton. Cependant, nous exprimons également notre inquiétude face à la nouvelle approche annoncée la semaine dernière par la CCN. Cette dernière ressemble plus à une série de transactions immobilières axées sur le zonage plutôt que sur l’initiative de réaménagement inspirant et à fort impact développée au fils des années », ajoute l’organisme.

Bien que la construction d’un aréna soit un élément important qui ajoutait un caractère significatif au projet, la Chambre de commerce croit que le réaménagement du terrain de 56 acres ne doit pas s’y limiter.

La CCN a confirmé la semaine dernière le début d’un nouveau processus. Cette annonce fait suite à l’échec de la médiation entre le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, et le fondateur de Trinity Development, John Rudy. La CCN a pris la décision de mettre un terme à son entente avec le groupe.

Le lancement de l’appel de propositions pour une ou plusieurs parcelles du terrain aura lieu au printemps ou à l’été 2020.