Plaines LeBreton: la CCN confirme le début d'un nouveau processus

On efface et on recommence à la Commission de la capitale nationale (CCN), qui lancé jeudi un nouvel appel d’offres en vue du réaménagement des plaines LeBreton, quelques jours après avoir mis au rancart le controversé projet du groupe RendezVous LeBreton. L’agence fédérale, qui dit vouloir «tirer profit des leçons apprises», adopte une nouvelle approche et souhaite développer le terrain de 56 acres en pièces détachées.

La Société d’État est toutefois demeurée vague sur les critères à respecter et le type d’infrastructures qui pourraient se retrouver sur le vaste site situé à l’ouest du centre-ville d’Ottawa.

Les projets présentés par les deux consortiums dans la course lors du dernier processus comprenaient par exemple des condominiums, des logements abordables, une place publique, un musée, des hôtels, des espaces verts et un aquarium. Surtout, le projet du groupe RendezVous LeBreton, dont faisait partie le propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk, incluait un amphithéâtre qui aurait pu permettre à l’équipe de la LNH de déménager ses pénates près du centre urbain.

À LIRE AUSSI: «C’est extrêmement décevant», dit le président de Devcore

Cette fois, le premier dirigeant de la CCN, Tobi Nussbaum, qui en était à sa première sortie publique depuis sa nomination, a indiqué que «tout est sur la table» et qu’on procéderait «par étapes pendant plusieurs années». Cette façon de faire favorisera la concurrence, dit-on, en plus de permettre de tenir compte des conditions du marché et des nouvelles idées. Les échéanciers seront également plus serrés «pour avoir plus de contrôle sur la durée des négociations».

Pas essentiel, un aréna

Le mot «aréna» n’a presque pas été prononcé, le principal intéressé se contentant de dire que l’agence fédérale était ouverte à l’idée qu’un «centre d’événements majeurs» fasse éventuellement partie du lot. Un emplacement spécifique pour un amphithéâtre n’est pas dans les cartons pour l’instant, mais la CCN soutient qu’elle prêtera une oreille attentive s’il y a des propositions en ce sens.

«C’est possible, mais ce n’est pas essentiel. La construction d’un aréna ou d’un important centre d’événements n’est pas une condition au projet», a déclaré le patron de la CCN.

M. Nussbaum veut que le processus soit inclusif, créatif, visionnaire et réalisé dans de courts délais.

«Le réaménagement des plaines LeBreton demeure une des grandes priorités de la CCN. Aujourd’hui, nous entreprenons une nouvelle démarche, mais nous ne repartons pas à zéro. […] Le processus sera ouvert aux nouveaux joueurs, mais aussi à ceux qui avaient participé au dernier appel d’offres», de dire M. Nussbaum, rappelant que le réaménagement du site pourrait s’étaler sur une période de 30 à 40 ans.

Le président du conseil d’administration de la CCN, Marc Seaman, a quant à lui tenu à remercier le public pour «sa patience et sa compréhension» dans ce dossier qui a fait couler passablement d’encre depuis 2016. Il a précisé que l’organisation souhaite être plus «ouverte, transparente et flexible».

La CCN affirmant avoir appris certaines leçons, elle souhaite consulter le public, la Ville d’Ottawa, les Algonquins et les promoteurs avant le lancement du processus d’invitation, et non après. La consultation s’amorcera dès juin. 

La première étape-clé du développement des plaines LeBreton sera de lancer à la fin de l’année un appel de propositions pour la parcelle de terrain située au sud-est, à proximité de la nouvelle Bibliothèque centrale d’Ottawa et du complexe de Bibliothèque et Archives Canada, qui doit ouvrir ses portes en 2024. Cette portion du site sera reliée à la station Pimisi du train léger.

Le lancement de l’appel de propositions pour une ou plusieurs parcelles du terrain aura lieu au printemps ou à l’été 2020. Les approbations gouvernementales ne sont pas prévues avant l’automne 2021, selon l’échéancier actuel, alors que les pelles mécaniques ne risquent pas de s’activer avant 2022.