Le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman

Plaines LeBreton: Gary Bettman est déçu

SEA ISLAND — Gary Bettman n’est pas inquiet que le plan de développement des plaines LeBreton, à Ottawa, pour un nouvel aréna pouvant accueillir les Sénateurs soit en train de s’écrouler.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey déplore toutefois que le projet dans sa mouture actuelle se meure.

«Je dirais que je suis davantage déçu de la façon dont tout ça s’est joué, a-t-il déclaré lors de la réunion du Bureau des gouverneurs, lundi. Mais se sont des dossiers délicats.»

Le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, poursuit son partenaire d’affaires John Ruddy pour 700 millions $ au sujet du projet de développement des plaines LeBreton, des terrains de la couronne situés à l’ouest de la Colline du Parlement, à Ottawa.

Le groupe de Melnyk, Capital Sports Management, a intenté des procédures contre Ruddy, le président de Trinity Development Group, le 23 novembre. Il tente d’obtenir compensation pour cette «opportunité conjointe ratée».

Les documents indiquent que les deux groupes n’ont pu conclure d’entente et qu’il y avait «un certain nombre de ruptures de contrat découlant toutes de conflits d’intérêts, qui ont directement mené à l’échec du projet».

Les Sénateurs évoluent au Centre Canadian Tire, situé à environ 25 km à l’ouest du centre-ville d’Ottawa, depuis 1996. Les assistances ont considérablement chuté ces dernières années, à un point tel que des matchs de la finale de l’Est, en 2017, ont été présentés alors qu’il y avait encore des sièges disponibles.

Lors d’un récent match à domicile contre les Rangers de New York, moins de 11 000 personnes se sont rendues à l’aréna.

«Pour plusieurs raisons, il serait bien (que l’équipe déménage au centre-ville), a indiqué Bettman. Mais M. Melnyk a déclaré que s’il doit faire en sorte que ça fonctionne au Centre Canadian Tire, il peut y arriver.

«N’en venons pas aux conclusions trop rapidement. Il s’agit d’une situation compliquée, bien que dans son format original, pour plusieurs raisons - certaines dont vous avez pu prendre connaissance dans les documents déposés - le projet ne soit pas viable.»

DevCore Group, qui avait été battu au fil pour le développement des plaines LeBreton, a déclaré dimanche qu’il pouvait prendre le contrôle du projet si l’entente actuelle tombait à l’eau. Son plan comprend un aréna pour une équipe de la LNH.

«Notre équipe détient l’expertise, l’expérience et les ressources financières nécessaires à la livraison d’un projet de classe mondiale, a affirmé son président, Jean-Pierre Poulin, par communiqué. Nous croyons qu’Ottawa et le Canada ne peuvent plus être tenus en otage plus longtemps.»

Bettman a souligné que la LNH est prête à aider à la construction d’un nouvel aréna.

«Dans certains endroits, nous nous sommes impliqués de façon, je crois, très constructive: Edmonton et Pittsburgh, entre autres, me viennent à l’esprit. À d’autres endroits, on nous a demandé de ne pas nous en mêler. Nous n’aimons pas aller là où nous ne sommes pas les bienvenus si ce n’est pas pour aider au projet.»