La vérification de la phase 1 du train léger demandée par la conseillère Diane Deans n'aura pas lieu.

Phase 2 du train léger: le fédéral devrait suivre l'Ontario

Le gouvernement de l'Ontario a confirmé vendredi sa participation dans la deuxième phase du train léger à Ottawa. Il ne manque que la confirmation du fédéral pour que le projet aille de l'avant.
Tout indique qu'une annonce semblable à celle de la semaine dernière par la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, viendra éventuellement. Samedi, la députée d'Ottawa-Centre et ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, a réitéré l'engagement électoral de son parti à l'égard du train léger. «On a dit dans notre budget 2016 qu'on va avoir un investissement historique dans le transport public. On a identifié Ottawa et la deuxième phase du train léger comme exemple. Je parle beaucoup avec le maire à ce sujet. Il parle aussi avec le ministre des Infrastructures. On est là pour s'assurer que ça va se passer.»
Dans un discours pour inaugurer l'exposition Les changements climatiques sont là, la ministre a mentionné l'importance du projet de train léger afin de combattre le réchauffement de la planète. 
Selon elle, il s'agira de la plus importante réduction d'émission de gaz à effet (GES) de serre de l'histoire de la Ville d'Ottawa avec l'élimination totale estimée de 155 000 tonnes de GES.
«Ça va faire une grande différence. On doit avoir aussi plus de gens qui prennent les transports publics, mais pour ça, il faut que ça devienne une option irrésistible. Ça veut dire que ça doit devenir accessible et abordable pour les Canadiens», a mentionné Mme McKenna en entrevue avec LeDroit.
La province allouera 1 milliard $ pour la construction de la phase 2 du train léger dont le coût total est estimé à 3 milliards $ par la Ville d'Ottawa.