Les travaux sont toujours en cours dans plusieurs stations de la Ligne de la Confédération, dont Pimisi, située à proximité des plaines Le Breton.

Pas encore de date de mise en service du train léger à Ottawa

Le mystère plane toujours sur la date de mise en service du train léger sur rail (TLR) à Ottawa. La Ville ne s’avance pas sur une date précise, mais affirme que les passagers pourront y monter à bord d’ici la fin du premier trimestre de 2019, tel que mentionné en septembre dernier lors de l’annonce du deuxième retard.

«C’est RTG (le consortium Groupe de transport Rideau) qui détermine la date. C’est à cette entreprise de nous donner une date. Je sais que le public regarde la Ville et dit que nous avons raté l’échéance, mais ce n’est pas nous, c’est RTG», rappelle John Manconi, directeur général d’OC Transpo.   

M. Manconi a précisé au membre du Comité des finances et du développement économique, mercredi matin, que son équipe a été ferme avec les hauts dirigeants du consortium.

«On leur a dit que nous n’allons pas changer les normes, la conception, ni le niveau de service. On leur a dit de nous donner une date quand ils nous auront prouvé qu’ils peuvent la respecter. Pourquoi donner une date quand nous n’avons pas la certitude qu’ils peuvent la respecter?»

Selon le contrat, le consortium a 60 jours pour fournir une nouvelle date de mise en service, ce qui voudrait dire d'ici le 2 janvier, puisque la date initialement anticipée était le 2 novembre.

«Nous avons finalement vu le train rouler d’un bout à l’autre de la ligne à la bonne vitesse. Nous nous approchons de plus en plus d’avoir un train fonctionnel d’ici le 31 mars 2019. J’ai confiance que nous allons respecter cette date», affirme le premier magistrat. 

Le maire Jim Watson a d'ailleurs publié sur Twitter une vidéo de deux minutes où l'on peut voir en accéléré à bord du train léger l'avancement des travaux sur l'ensemble de la Ligne de la Confédération, de la station Blair à l’est jusqu'à la station Pré-Tunney à l’ouest.

Sept éléments sont à surveiller au cours des semaines et des mois à venir. Le lancement du plan de pratique de RTG, l’approbation du vérificateur de la sécurité, l’achèvement d’une grande partie des travaux, les essais le long du corridor de 12,5 km, la passation des clés à la ville, la mise en service commerciale avec des passagers à bord et les coûts engendrés par la municipalité. 

Le consortium compte entreprendre un plan de pratique à l’échelle du système, visant tous les véhicules entre les stations Pré Tunney et Blair. Par la suite, des essais avec des passagers à bord sont prévus.

Dans sa mise à jour, M. Manconi a précisé que les travaux dans les stations à l’est de la Ligne de la Confédération sont parachevés. Dans la station souterraine Rideau, les équipes sont à pied d’œuvre jour et nuit pour rattraper le retard. Tous les portillons d’accès et les distributrices de billets ont été installés.

Au cours des dernières semaines, les trains ont complété les essais de vitesse et ont été en mesure de circuler sur le trajet à la vitesse de pointe, soit 83 km/h, en mode automatique. Pas plus tard que mardi dernier, six trains ont fait le trajet d’un bout à l’autre à 55 reprises.

« Nous avons de très bonnes journées de tests comme nous avons de moins bonnes journées. Mais c’est ce que nous voulons pour être prêts le jour du lancement et avoir la certitude que nous avons un système fiable », confie M. Manconi.

Pour la phase 2 du TLR, le maire avoue que l’administration municipale fera preuve de prudence afin d’éviter les déceptions.

« Nous n’allons pas déterminer une date de lancement quatre ou cinq ans en avance. Avec ce que nous venons de vivre, nous avons appris que c’est plus sage de choisir une période et au fur et à mesure que nous nous en approchons nous serons en mesure de confirmer une date de mise en service », soutient M. Watson.

Le maire d'Ottawa pose le dernier boulot sur le rail du train leger en compagnie de la député Mona Fortier, du député provincial Bob Chiarelli et de nombreux autres élus.

+

EN VISITE À BOSTON

La Ville d’Ottawa et RTM, qui s’occupera de l’entretien de la Ligne de la Confédération, ont envoyé une équipe à Boston cette semaine. 

Ils sont allés discuter avec les employés de Boston afin d’en apprendre plus sur leur expérience en période hivernale. L’objectif est de s’inspirer des meilleures pratiques.

«Il y a environ trois ans, Boston a connu d’énormes défis après une grosse tempête de neige. On veut voir comment ils ont agi et ce qu’ils ont appris de cette expérience afin d’être prêts à opérer les trains dans la neige et la glace», explique John Manconi, directeur général d’OC Transpo.