Le député bloquiste Mario Beaulieu a reproché à un comité vendredi de l'avoir exclu même si le sujet de discussion portait sur un dossier qu'il dit lui-même avoir soulevé au Parlement.

Ottawa ville bilingue: le Bloc interpelle le PLC

Le sujet du bilinguisme officiel de la Ville d'Ottawa a rebondi à la Chambre des communes vendredi.
Le député du Bloc québécois Mario Beaulieu a demandé au gouvernement libéral s'il trouvait «acceptable qu'Ottawa, capitale du Canada, refuse de se doter d'un statut bilingue».
En entrevue avec LeDroit, M. Beaulieu a indiqué vouloir se faire la voix des préoccupations des communautés francophones à l'extérieur du Québec. «Nous, on appuie les revendications des communautés francophones et acadienne, qui demandent à avoir un minimum de services en français», commente-t-il.
L'élu ne voit pas de contradiction à souhaiter le bilinguisme de la Ville d'Ottawa tout en défendant le caractère français du Québec.
Selon M. Beaulieu, les Anglo-Québécois ne forment pas une minorité à l'image des francophones hors Québec, car ceux-ci sont «majoritaires au Canada». Les anglophones du Québec bénéficient de bien meilleurs services que les francophones hors Québec, tient-il à rappeler.
«Au Québec, on revendique que le français soit la seule langue officielle, avec des mesures d'exception pour la communauté anglophone», dit-il, rappelant que de nombreuses villes du Québec ont un statut de ville bilingue.
Le maire d'Ottawa, Jim Watson, maintient que la politique de bilinguisme actuellement en vigueur fonctionne bien. M. Beaulieu admet ne pas connaître les détails du texte, mais il n'hésite pas à se ranger du côté de ceux qui souhaitent élever le statut du français au rang de langue officielle dans la capitale.
«Cette politique (de bilinguisme) est critiquée par plusieurs groupes de francophones ontariens et je suis porté à leur accorder mon appui», affirme l'ancien chef bloquiste.