De l’effectif de 1464 pompiers qui œuvre à travers la capitale fédérale, on compte actuellement un total de 60 femmes.

Ottawa veut recruter plus de pompières

La Ville d’Ottawa est en opération charme afin de recruter davantage de femmes au sein du Service des incendies, souhaitant avoir une « meilleure représentativité » de la population dans ses casernes.

De l’effectif de 1464 pompiers qui œuvre à travers la capitale fédérale, y compris les près de 500 d’entre eux qui sont pompiers volontaires, on compte actuellement un total de 60 femmes. 

Une statistique que le chef adjoint Sean Tracey aimerait voir s’améliorer au fil des prochaines années en vantant ce métier auprès de la gent féminine. 

« Il faudrait certainement plus de femmes dans nos rangs, comme dans tous les services municipaux. Il faut avoir une meilleure représentativité de la population, être le miroir des citoyens que nous représentons », affirme-t-il. 

Selon lui, l’une des raisons principales qui peuvent expliquer le peu d’intérêt pour les femmes envers cette carrière est l’image la plupart du temps projetée dans les médias. 

« On nous montre souvent des pompiers très forts, en plus des calendriers. Sauf que ça, ce n’est pas la vraie image du quotidien des pompiers. Ce n’est pas correct du tout de projeter une telle image si on veut attirer des jeunes vers le métier », de dire M. Tracey. 

Pour espérer recruter plus de femmes dans ses rangs à moyen et long terme, le Service des incendies d’Ottawa (SIO) sollicite encore une fois cette année des candidatures pour le camp d’entraînement Femmes pompières en formation, qui se déroulera du 13 au 17 août. L’activité est organisée en collaboration avec Fire Service Women Ontario. Les jeunes femmes de 15 à 19 ans qui répondent aux critères d’admissibilité sont invitées à poser leur candidature sur www.ottawa.ca et à déposer leur formulaire au Centre de formation situé au 898, avenue Industrial. 

Le camp, qui a pour but de donner un avant-goût à la carrière de pompière, permettra aux jeunes femmes de participer à différentes tâches, dont la recherche et le sauvetage, la désincarcération automobile, l’utilisation des bornes-fontaines et l’extinction d’incendies de cuisine et de voiture.

« C’est un moyen pour nous d’attirer des femmes, de hausser le nombre de candidatures de leur part. 

Lors du camp l’an dernier, nous avons trouvé plusieurs candidates. Certaines sont sur la liste pour devenir pompières. C’est une bonne occasion aussi de vivre l’expérience », soutient le chef adjoint. 

Ce dernier tient par ailleurs à rappeler que la force physique est un des critères à considérer pour l’embauche, les femmes sont soumises aux mêmes tests et standards que les hommes. 

« Elles complètent le même entraînement. On n’abaisse pas les normes pour les femmes. Quand elles sont embauchées, elles ont gagné leur place, elles l’ont méritée », poursuit-il. 

De son côté, le Service de sécurité incendie de Gatineau compte quatre pompières dans ses rangs sur un total d’environ 280 employés.