La Ville d’Ottawa demandera au gouvernement ontarien d’adopter rapidement la loi sur l’Ontario sans fumée.

Ottawa veut des logements sans fumée

À moins d’un mois de la légalisation de la marijuana, les autorités de la santé publique à Ottawa continuent leur campagne de sensibilisation auprès des propriétaires d’immeubles à logements pour les inviter à déclarer les édifices zone sans fumée.

« C’est une des priorités que nous voulons faire avancer cette année, et nous allons continuer nos discussions avec nos partenaires municipaux pour savoir comment nous pourrons nous ajuster avec l’arrivée de la nouvelle loi sur le cannabis », a indiqué Gillian Connelly, gestionnaire à Santé publique Ottawa, lors de la réunion du Conseil de santé d’Ottawa, lundi.

La difficulté pour les responsables de la santé publique est qu’il n’y a pas de législation donnant l’autorité d’interdire de fumer dans un logement. C’est pourquoi ils cherchent à éduquer les locataires et les propriétaires pour que les édifices deviennent sans fumée.

« Nous avons connu du succès avec certains promoteurs qui ont décidé de créer un environnement complet sans fumée avant de construire », a précisé Mme Connelly.

La conseillère municipale du quartier Somerset, Catherine McKenney, a indiqué qu’elle reçoit régulièrement des commentaires de personnes âgées ou de familles avec de jeunes enfants qui se plaignent de la fumée de cigarette dans les immeubles multirésidentiels.

« La notion qu’eux et leurs enfants soient dorénavant exposés à la fumée secondaire de cannabis est très déconcertant », a-t-elle souligné.

Les autorités de la santé d’Ottawa ont travaillé avec la Société de logement communautaire d’Ottawa au cours des dernières années pour que les logis et les espaces communs soient sans fumée. Certaines personnes ont toutefois bénéficié d’une clause grand-père leur permettant de fumer dans leur logis. Lorsqu’elles partaient, le logement était décrété sans fumée.

Le président du Conseil de santé d’Ottawa, Shad Qadri, doit envoyer une lettre au cours des prochaines heures et premier ministre Doug Ford et à la ministre de la Santé et des soins de longue durée, Christine Elliott, exhortant le gouvernement à adopter le plus rapidement possible la loi sur l’Ontario sans fumée 2017, qui a été mise sur la glace, afin d’interdire le fumage et le vapotage dans les espaces communs d’immeubles à logements.