Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La très grande majorité des postes de stationnement pour vélos sont situés au centre-ville, une situation que la Ville d'Ottawa cherche à corriger.
La très grande majorité des postes de stationnement pour vélos sont situés au centre-ville, une situation que la Ville d'Ottawa cherche à corriger.

Ottawa veut améliorer son offre de stationnements pour vélos

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Alors que le vélo gagne en popularité, la Ville d’Ottawa s’adapte pour faciliter la vie des résidents qui s’en servent comme principal moyen de transport en augmentant le nombre d’espaces pour stationner une bicyclette.

«C’est le moyen de transport qui connaît la croissance la plus rapide, il est juste normal qu’on essaie de trouver plus d’espaces de stationnement», a indiqué mercredi le conseiller du quartier Capitale, Shawn Menard, durant la réunion du Comité des transports d’Ottawa.

Environ 11 000 postes de stationnement pour vélos sont disposées à travers la ville actuellement, selon le directeur du service des infrastructures, Alain Gonthier. Ce dernier précise que la très grande majorité d’entre eux sont toutefois situés au centre-ville, une situation que la Ville cherche à corriger.

«Il n’y a pas vraiment la distribution qu’on s’attendrait à avoir pour être capable de répondre aux besoins du public», soutient M. Gonthier.

L’administration présentait mercredi au Comité sa Stratégie de stationnement pour les vélos qui prévoit notamment l’installation dès 2021 de nouvelles bornes de stationnement pour corriger les principales lacunes.

Le Comité des transports de la Ville d'Ottawa prévoit l’installation dès 2021 de nouvelles bornes de stationnement.

Des analyses supplémentaires sont toutefois nécessaires afin de déterminer combien de nouveaux espaces de stationnement devront être installés à travers la Ville. Même chose pour ce qui est de l’aménagement de nouvelles places de stationnement sécurisées, comme celle qu’on retrouve à l’arrière de l’hôtel de ville.

«Dépendant des besoins et du volume de ces besoins, ça va guider nos choix pour le type de stationnements que nous allons fournir», explique M. Gonthier.

Vélo-partage
L’administration s’est également penchée sur la possibilité d’instaurer à nouveau un service de vélo en libre-service à Ottawa, mais a conclu qu’il était préférable de mettre l’idée sur la glace pour l’instant.


« Nous sommes inquiets de voir que l’administration recommande de ne pas aller de l’avant avec un service de vélo en libre-service. »
Dave Robertson, porte-parole de Vélo Ottawa

Les coûts de ce service sont estimés à un investissement de 4 à 10 millions $ pour l’achat des bicyclettes et des infrastructures nécessaires, en plus des coûts d’exploitation annuels entre 3 et 7 millions $. La Ville ne prévoit pas être en mesure de dégager suffisamment de revenus pour que l’exercice soit à coût nul.

Le directeur du service du stationnement de la Ville, Scott Caldwell, précise également que la municipalité devrait accroître ses ressources pour mener à terme ce projet et la stratégie du stationnement pour les vélos en même temps.

«Nous sommes inquiets de voir que l’administration recommande de ne pas aller de l’avant avec un service de vélo en libre-service, a lancé au Comité un porte-parole de Vélo Ottawa, Dave Robertson. Ce service est essentiel dans plusieurs villes canadiennes pour aider les gens à se déplacer. […] Si 77% des résidents d’Ottawa vont habiter à moins d’un kilomètre d’une station du train léger, il faut leur donner des options pour s’y rendre à l’aide du transport actif.»