Ottawa recevra près de 70 millions $ d'ici 2022

Le gouvernement ontarien a confirmé vendredi qu'il doublera d'ici 2022 la remise de la taxe sur l'essence aux municipalités pour leur permettre d'investir dans les transports en commun.
À compter de 2019, la part des municipalités passera progressivement de 2 à 4 cents le litre.
La ville d'Ottawa pourra ainsi compter sur une aide supplémentaire pour développer son réseau de transport en commun en pleine expansion, puisque sa part sur la taxe sur l'essence qui atteint 35 millions $ cette année augmentera à un montant estimé à 41 M$ en 2019-20, puis à 49,5 M$ en 2020-21, et 66 M$ en 2021-22.
« Grâce à ce nouveau financement stable du programme de la taxe sur l'essence, Ottawa pourra améliorer son réseau de transport en commun au cours des prochaines années pour répondre aux besoins grandissants de la population », a déclaré le député provincial d'Ottawa-Sud, John Fraser, lors d'une conférence de presse tenue à la station Hurdman du Transitway, en présence des autres députés provinciaux de la région, du maire d'Ottawa Jim Watson, de conseillers municipaux et de représentants d'OC Transpo.
À noter que l'augmentation de la part des municipalités n'entraînera pas une hausse de la taxe provinciale sur l'essence de 14,5 cents, mais plutôt une nouvelle répartition de celle-ci, a tenu à préciser le ministre Yasir Naqvi, qui est aussi député d'Ottawa-Centre à Queen's Park.
Le maire Watson heureux
La maire Watson s'est réjoui de cette hausse de l'aide provenant de la taxe sur l'essence puisqu'elle permettra d'assurer à la ville une plus grande stabilité au niveau du financement pour la phase II du train léger dont l'expansion est prévue à l'est, à l'ouest et au sud, Les travaux de cette deuxième phase débuteront en 2018. 
« Je suis très heureux de constater que la Ville va voir le financement actuel de près de 35 M$ augmenter progressivement à près de 70 M$ d'ici 2022 », a déclaré le maire Watson, soulignant que cet argent permettra notamment à la ville de réduire les emprunts sur les projets à venir.  
Le maire a rappelé qu'Ottawa a grandement bénéficié du Programme de financement par la taxe sur l'essence de l'Ontario comme source permanente et fiable de financement alors que près de 416 M$ ont pu être investis dans des projets d'immobilisations de transport en commun depuis 2004.
Le réseau d'OC Transpo offre des services à 96 millions d'usagers par an, et les nouveaux investissements prévus au cours des prochaines années permettront d'accroître l'achalandage.
Au niveau de la province, un total de 334,5 M$ a été versé à plus de 99 municipalités, somme qui passera progressivement à 642 M$ en 2021-22.
Par ailleurs, le gouvernement de l'Ontario refuse de permettre à la Ville de Toronto d'implanter des péages sur ses deux autoroutes métropolitaines.
Kathleen Wynne refuse de faire porter le fardeau de péages routiers sur le dos d'Ontariens qui se plaignent déjà de factures d'électricité trop élevées - à moins d'un an et demi des prochaines élections générales.
La première ministre libérale soutient que l'offre des transports publics doit d'abord être améliorée avant d'imposer par exemple des péages sur les autoroutes métropolitaines, afin que les voyageurs aient un véritable choix devant eux.
La cheffe néo-démocrate, Andrea Horwath, a quant à elle demandé que les municipalités puissent bénéficier de la hausse de leur part sur la taxe à la pompe bien avant 2021 - et pas, non plus, seulement après le scrutin de 2018.
Avec La Presse canadienne