«Nous regrettons tous que cette entreprise ne puisse aller de l'avant avec sa technologie en ce moment», a déclaré le conseiller David Chernushenko, président du comité de l'environnement.

Ottawa coupe ses liens avec Plasco

La Ville d'Ottawa a officiellement tourné la page sur son entente avec l'entreprise Plasco Energy Group, mardi matin.
La compagnie ottavienne s'est placée à l'abri de ses créanciers, la semaine dernière, en raison d'une dette de 36,1 millions de dollars, mettant du même coup fin au projet de «gazéification» des déchets de la capitale.
«Nous regrettons tous que cette entreprise ne puisse aller de l'avant avec sa technologie en ce moment», a déclaré le conseiller David Chernushenko, président du comité de l'environnement, en officialisant la fin de la relation d'affaires. «Maintenant, il est important de passer à autre chose.»
L'usine de démonstration de Plasco, installée sur le chemin Trail, devra être démantelée au cours des 18 prochains mois. 
La fin du projet devrait ne rien coûter aux contribuables, estime le directeur général de la Ville d'Ottawa, Kent Kirkpatrick, admettant du même souffle qu'il n'y a «pas de garantie».
Rappelons qu'en 2012, Plasco avait signé une entente de 180 millions de dollars sur 20 ans avec la Ville d'Ottawa pour transformer en énergie près de 110 000 tonnes d'ordures ménagères par année.