Le portrait des sans-abri à Ottawa permettra à la Ville de créer et de mettre en oeuvre des services, des programmes et des politiques qui correspondent aux besoins.

Ottawa comptera et sondera ses itinérants

La Ville d’Ottawa procédera au dénombrement des personnes en situation d’itinérance pour la première fois. Selon les chiffres avancés par la municipalité, on compterait au moins 1500 sans-abri sur le territoire.

L’opération ponctuelle débutera jeudi à midi et s’échelonnera sur une période de 24 heures. Cette mesure s’inscrit dans la loi provinciale qui a été modifiée récemment et se répétera tous les deux ans.

Le portrait des sans-abri à Ottawa permettra à la Ville de créer et de mettre en oeuvre des services, des programmes et des politiques qui correspondent aux besoins.

«Ça va nous aider à déterminer où il y a peut-être des besoins. Si on a besoin de services pour certaines catégories de personnes, comme des familles ou des personnes seules. [...Ça va nous donner un portrait plus éclairé de la situation d’itinérance à Ottawa. Quand on sera appelé à faire des demandes de fonds ou de la planification de services, on aura les informations nécessaires pour bien orienter nos besoins», souligne Paul Lavigne, gestionnaire de projet, Services de logement et Direction des programmes de lutte contre l’itinérance et centres d’accueil.

En tout, 75 organismes communautaires et quelque 2000 personnes se mobiliseront dans le cadre de cette opération.

Le dénombrement se déroulera notamment dans des endroits connus pour être fréquentés par des sans-abri, des refuges et des centres d’hébergement. De plus, les équipes visiteront les hôpitaux, les centres correctionnels et les logements de transition.

Le défi sera de rejoindre la population itinérante cachée. Ce sont des personnes qui n’ont pas de foyer permanent et qui habitent avec de la famille ou des amis.

Les participants répondront à un sondage portant entre autres sur les données démographiques, leur santé, les raisons de leur itinérance et leur source de revenus.

Un rapport sera dévoilé vers la fin de l’été et dressera un portrait à jour de l’itinérance dans la capitale.