Pomerleau a franchi le cap du milliard de dollars de chiffre d'affaires en 2011.

Ottawa a gain de cause contre Pomerleau

Un juge de la Cour supérieure de justice de l'Ontario a donné gain de cause à la Ville d'Ottawa, mardi, à la suite d'une poursuite de 15 millions $ intentée par le Groupe Pomerleau, une entreprise en construction.
«Le juge Albert Roy a publié une décision rejetant, dans sa totalité, la poursuite contre la municipalité», a informé le greffier et chef du contentieux d'Ottawa, Rick O'Connor, dans un mémo envoyé aux élus en milieu d'après-midi.
Pomerleau avait eu recours au tribunal pour contester la décision de la Ville d'exclure sa candidature à la suite d'un appel d'offres pour la construction de digesteurs à une usine d'épuration des eaux usées, dans le secteur Gloucester, en 2005.
Plus bas soumissionnaire
Bien que l'entreprise avait présenté le moins-disant, Pomerleau n'avait pas été sélectionnée pour effectuer le travail. Leur candidature avait été jugée non conforme par la Ville. Elle lui reprochait d'avoir listé deux fournisseurs pour la livraison des cuves en béton, en dépit d'une exigence au sein de la soumission demandant aux soumissionnaires de sélectionner un seul fournisseur. La municipalité avait jugé qu'un des deux fournisseurs ne répondait pas aux critères d'expérience requis par les documents d'appel d'offres. Pomerleau a toutefois tenu mordicus au fournisseur dont l'expérience était remise en question, après que la Ville ait demandé à l'entreprise de faire un choix. Par conséquent, la soumission fut rejetée.
L'entreprise estimait qu'elle devait obtenir le contrat et revendiquait que la municipalité aurait dû l'avertir dès le début du processus que l'un de ses fournisseurs n'était pas conforme. Dans sa poursuite, Pomerleau exigeait donc 12 millions$ pour perte de profit, ainsi que de 1 million$ pour dommages. La poursuite s'est élevée à 15 millions$ en raison des intérêts et divers frais.
«Dans ses motifs, le juge Roy a constaté que la Ville a agi équitablement et raisonnablement à l'endroit de Pomerleau et de tous les autres soumissionnaires pendant le processus d'appel d'offres. Il a en outre statué que la Ville avait, en tout temps, agi dans le but de protéger l'intégrité du processus d'approvisionnement. Toutes les allégations faites par Pomerleau contre la Ville ont été rejetées», a conclu M. O'Connor.
Le procès de trois semaines a débuté le 20 janvier dernier.