Le conseil d’Ottawa estime que la Ville doit améliorer ses opérations, particulièrement depuis les conditions difficiles connues cet hiver avec les chutes abondantes de neige et de verglas.

Opérations hivernales: des changements à court et à long terme à Ottawa

Des améliorations à court et long terme seront apportées aux opérations d’entretien hivernal à Ottawa. Une revue des pratiques opérationnelle est attendue pour l’hiver prochain et une analyse plus poussée doit être présentée au Comité des transports en 2021.

« J’ai présenté une motion aujourd’hui pour qu’une analyse de nos pratiques opérationnelles soit faite dès cet été et ainsi le personnel pourra faire des recommandations pour améliorer les services dès l’hiver prochain », explique le président du Comité, Stephen Blais.

La motion du conseiller Blais a obtenu l’appui unanime de ses collègues.

Ces derniers estiment que la Ville doit améliorer ses opérations, particulièrement depuis les conditions difficiles connues cet hiver avec les chutes abondantes de neige et de verglas.

« On vient de terminer un hiver particulièrement difficile et tout ce qu’on peut faire pour améliorer nos pratiques, on devrait le faire », croit la conseillère Diane Deans.

Le président du Comité des transports enjoint le personnel à revoir les meilleures façons d’uniformiser les procédures à l’échelle de la ville. La dernière révision date d’il y a près de 20 ans. 

« Par exemple, à l’est d’Orléans on utilise seulement du sable même s’il y a des produits qui sont meilleurs et moins salissants. Pourquoi ? Parce que c’est la pratique qui est en place depuis des années. Il faut prendre une approche réaliste et uniforme pour toute la ville qui est fondée sur les meilleures pratiques », ajoute M. Blais.

Par ailleurs, le Comité des transports a approuvé des rapports visant à améliorer le processus pour améliorer la sécurité routière.

Les élus recommandent d’opter pour un processus d’étude simplifié qui permettra d’accélérer le déploiement de plans de modération de la circulation pour les rues qui nécessitent des mesures permanentes.

Ce nouveau processus accorderait la priorité aux rues où de petits changements auraient d’importantes répercussions.

À l’heure actuelle, les quartiers sur la liste doivent souvent attendre plusieurs années avant de voir leur projet approuvé.

De plus, les conseillers auront accès à un plus grand nombre de mesures pour modérer la circulation dans leurs quartiers. Les élus peuvent utiliser les fonds de leur budget annuel de 50 000 $ pour des mesures temporaires, telles des panneaux de limitation de la vitesse, des bosses de ralentissement et des terre-pleins centraux.