OC Transpo est une source d’inquiétude à la Ville d’Ottawa.
OC Transpo est une source d’inquiétude à la Ville d’Ottawa.

OC Transpo navigue dans l’incertitude

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Depuis le début de la pandémie, OC Transpo est la source de la grande majorité des pertes de revenus de la Ville d’Ottawa.

Conséquemment, la diminution drastique du nombre de passagers dans les transports en commun est à l’origine du déficit de 192 millions $ que prévoyait la municipalité en 2020 — avant la venue d’une aide financière du gouvernement ontarien. En 2021, ce même déficit sera de 153 millions $ si la pandémie dure 12 mois.

C’est dans ce contexte d’incertitude et de forte baisse de ses revenus qu’OC Transpo devait préparer son budget pour la prochaine année. « Le plus difficile de ma carrière », lance le directeur général du transporteur, John Manconi.

Face à une baisse des revenus, la solution qui apparaît la plus simple est de réduire ses dépenses pour obtenir un budget équilibré. Selon M. Manconi, ce n’est pas le cas pour OC Transpo. Pas question pour lui de diminuer davantage le service d’autobus.

Pas question pour OC Transpo de diminuer davantage le service d’autobus.

« Premièrement, il faut qu’on ait assez d’autobus pour faciliter la distanciation physique, tranche John Manconi. Deuxièmement, il y a des gens qui dépendent du transport en commun pour aller travailler, des travailleurs des entreprises qu’on essaie de relancer à qui on complique la tâche pour se rendre au boulot. »

Le grand patron d’OC Transpo souligne qu’il a profité de la baisse d’achalandage durant la crise sanitaire pour repenser le transport en commun et améliorer l’expérience des passagers partout sur son réseau.

Le paiement pour un trajet unique pourra, par exemple, être effectué par carte de crédit, plutôt qu’uniquement avec de l’argent comptant ou en ayant préalablement transféré des fonds sur une carte Presto.

« La position que nous avons adoptée, c’est que l’on souhaite réinventer le transport en commun. Au point où, lorsque nos passagers reviendront, ils se disent : “Wow, c’est un excellent service” », explique M. Manconi.

***

À LIRE AUSSI: Réforme au Service de police d'Ottawa

> Santé publique Ottawa a besoin de Queen’s Park