Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le plan d’OC Transpo pour ajuster son service à la demande réduite ne fait pas l’unanimité.
Le plan d’OC Transpo pour ajuster son service à la demande réduite ne fait pas l’unanimité.

OC Transpo: des citoyens dénoncent les réductions de service

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le plan d’OC Transpo pour ajuster son service à la demande réduite ne fait pas l’unanimité.

De nombreux citoyens ont participé à la réunion de la Commission du transport en commun de la Ville d’Ottawa mercredi matin pour inviter la direction du transporteur à refaire ses devoirs et dénoncer ces coupes dans le service.

«Je demande des consultations publiques. Je ne comprends pas comment vous pouvez faire ces changements à ces services sans avoir demandé l’avis des gens qui les utilisent», a lancé Kari Glynes Elliott, porte-parole du Groupe des usagers du transport en commun d’Ottawa.

Rappelons qu’OC Transpo a annoncé une modification à ces services qui entrera en vigueur à la mi-juin et prévoit dégager des économies d’environ 5,5 millions $ pour le reste de l’année 2021.  À terme, il y aura 70 employés en moins chez le transporteur grâce à un processus d’attrition et de réaffectation — notamment vers des postes d’opérateurs de train léger dans le cadre de la phase 2 de l’O-Train.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, se défend toutefois de réaliser des coupes aux services de son organisation. Il insiste pour dire qu’il s’agit plutôt d’un ajustement apporté en fonction de l’achalandage qui a grandement changé depuis le début de la crise sanitaire actuelle.

«Il y a une différence entre les deux. Si on coupe un service, ça veut dire qu’on l’élimine, explique M. Manconi. On change le niveau de service, là où il y a d’autres opportunités pour les passagers, comme des routes parallèles et d’autres alternatives pour atteindre une destination. On a aussi changé la fréquence de passage des autobus pour certains trajets.»

«Sur les routes Connexion, il n’y a personne en ce moment et il y a des alternatives. On n’abandonne personne sur le bord de la route en ce moment», ajoute John Manconi.

Les finances en bon état

Le directeur général d’OC Transpo n’a pas voulu donné de détails mercredi — puisqu’un rapport de la cheffe des finances de la Ville d’Ottawa doit être présenté en avril —, mais il a souligné que ces changements apportés aux services d’OC Transpo n’ont rien à voir avec la situation financière précaire de l’organisation au cours des derniers mois.

L’aide financière apportée par le gouvernement provincial à la fin de l’année 2020 devait permettre à OC Transpo d’éponger son déficit d’opération — causé par la forte baisse d’achalandage — jusqu’à la fin du mois de mars 2021. Il n’y a toujours pas eu d’annonce d’un renouvellement de ces subventions, mais M. Manconi souligne que l’organisation est tout de même en bonne position.

«Nous ne sommes pas sortis du bois encore, mais ça regarde bien du point de vue de la prudence financière, souligne John Manconi. Ces ajustements, ce n’est pas le scénario C de notre plan pour éviter un déficit. Nous ne sommes pas rendus au scénario B.»

Lors de l’adoption du budget 2021 de la Ville d’Ottawa, trois scénarios ont été inclus pour éviter le déficit d’OC Transpo. Le premier était de recevoir d’autres subventions de Queen’s Park. Le second, de reporter à plus tard des investissements qui sont prévus pour 2021 et puis, la dernière étape était la réduction de l’offre de services.