Les plans du futur complexe pour les tournages cinématographiques, à Ottawa

Nouvelle étape franchie pour le studio de cinéma à Ottawa

Un studio de cinéma dernier cri pourrait être construit dès cet été dans la ceinture de verdure à Ottawa.

Le Comité d’urbanisme recommande aux élus d’approuver la demande de modification au règlement de zonage pour permettre l’aménagement des infrastructures sur l’avenue Woodroffe.

Les secteurs du cinéma, de la télévision et de l’animation génèrent plus de 100 millions de dollars dans l’économie locale annuellement. La venue d’un nouveau studio permettrait d’augmenter ces retombées de 25 à 40 millions $ dès les premières années.

«Cette addition d’infrastructure vient montrer qu’Ottawa est en plein mouvement dans cette industrie et que ça grandit comme jamais auparavant. C’est très excitant», confie Catherine Callary, présidente du conseil d’administration du Bureau du cinéma d’Ottawa.

Cette dernière ajoute qu’il y a un besoin pour répondre à la demande des producteurs. Près de 260 millions $ de productions n’ont pas eu lieu en Ontario en 2017 à cause du manque de studio de tournage.

«C’est une chance pour Ottawa de vraiment embarquer dans la scène de production de grande échelle qui a besoin de ces infrastructures», ajoute-t-elle.

En tout, quatre studios d’enregistrement de 20 000 pieds carrés doivent être construits dans le complexe créatif qui ouvrira ses portes sur un terrain de 8,4 hectares appartenant à la Commission de la capitale nationale (CCN). Les infrastructures comprendront aussi des ateliers, des locaux de production et de formation en plus de bureaux pour des sociétés de production cinématographique, télévisuelles et d’animation.

La CCN a donné le feu vert à la modification de son Plan directeur en novembre dernier, sous condition que d’autres éléments soient approuvés.

Les élus municipaux voteront sur la recommandation du Comité d’urbanisme lors de la réunion prévue le 6 mars.

+

Un brise-glace pour les trottoirs

La Ville d’Ottawa s’est équipée de quatre brise-glace rotatifs afin de déglacer les trottoirs. L’outil se fixe à l’avant des tracteurs qui servent à dégager les trottoirs.

Il s’agit d’un projet-pilote qui s’échelonnera sur trois périodes hivernales. La municipalité a conclu une entente pour louer l’équipement.

«Cet hiver, nous avons connu de brefs épisodes de pluie verglaçante et de fonte de la glace, suivis de périodes de froid intense. Ces conditions météorologiques ont engendré des accumulations de glace dure et dense qui peut être difficile à enlever de la surface des trottoirs», explique Luc Gagné, directeur des routes et du stationnement.

Les détails sur le prix du contrat sont de l’ordre confidentiel.