Neutralité religieuse: Ottawa renforce son message

OC Transpo continuera de promouvoir l’équité et la diversité en offrant un service de transport en commun qui respecte les libertés garanties par la Charte canadienne des droits et libertés. La Commission du transport en commun d’Ottawa a adopté une motion à l’unanimité, mercredi, afin de renforcer sa politique opérationnelle en réaction à l’adoption de la Loi 62 sur la neutralité religieuse, adoptée à Québec en octobre dernier.

Quelques jours après l’adoption de cette loi, le maire Jim Watson avait écrit au premier ministre Philippe Couillard afin de l’informer qu’il était hors de question que les chauffeurs d’OC Transpo ne l’appliquent à bord des autobus qui traversent les ponts interprovinciaux pour servir des usagers de Gatineau.

« J’espère que vous ne vous attendez pas à ce que les chauffeurs d’autobus de la Ville d’Ottawa, qui servent aussi les résidents de Gatineau, prennent des mesures pour faire respecter cette législation, car, pour être on ne peut plus clair, on leur aura expressément enjoint de ne pas le faire », avait écrit M. Watson.

Selon le commissionnaire Blair Crew, qui a déposé la motion mercredi, il est important que la position de la Ville soit inscrite dans sa politique.

Rappelons que le projet de loi 62 permettrait aux chauffeurs d’autobus de demander aux passagers de découvrir leur visage pour mieux les identifier. Cette disposition de la loi, qui indique que la prestation et la réception de services publics doivent se faire à visage découvert, a été suspendue par un juge de la Cour supérieure du Québec. Des lignes directrices plus précises sont attendues cet été.

Selon le directeur général d’OC Transpo, John Manconni, il est important de rappeler les valeurs véhiculées par l’organisation.

« Nous sommes fiers de promouvoir l’équité et l’inclusion. C’est une question de vivre selon nos valeurs et d’y être pleinement engagé », a souligné Blair Crew.