Moins de monde dans les refuges, mais...

Moins de personnes ont passé la nuit dans un refuge à Ottawa l'an dernier. Toutefois, les séjours moyens ont duré plus longtemps.
L'Alliance pour mettre un terme à l'itinérance a dévoilé hier son bilan annuel, résumant la situation de sans-abri dans la capitale nationale à la fin 2014.
«L'an dernier, il y a eu une réduction dans le nombre d'individus ayant séjourné dans un refuge de 2,6% (175 personnes). L'envers de la médaille cependant est que les gens ayant utilisé ce service y ont demeuré en moyenne 77 nuitées au lieu de 73», détaille Mike Bulthuis, directeur général de l'organisme cumulant les données annuelles.
Cette augmentation se traduit par plus de 15000 utilisations additionnelles de lits au cours de l'année.
Le Rapport des progrès pour mettre un terme à l'itinérance a encore une fois souligné la pénurie de logements abordables à Ottawa. Seulement 141 nouvelles options de logis, sous la forme de nouveaux logements ou d'allocation-logements ont été créées en 2014.
«Nous ne construisons pas un nombre suffisant de logements comparativement aux constructions du secteur privé. Nous reconnaissons que les gouvernements fédéral et provincial ont un rôle à jouer et la Ville d'Ottawa investit beaucoup de fonds. Par contre, nous avons besoin de plus de financement pour construire de nouveaux logis», martèle M. Bulthuis.
Par ailleurs, le rapport de cette année comporte bon nombre de nouveaux indicateurs pour refléter les priorités communautaires émergentes. Il comprend notamment des renseignements précis sur l'état de l'itinérance chez les jeunes (16 à 25 ans), les adultes plus âgés (50 ans et plus) et les personnes qui sont sans-abri de manière chronique ou épisodique.