« [Le projet] IllumiNation LeBreton est trop important pour échouer », a déclaré le président de GBA Development, Graham Bird.

Mégaprojet des plaines LeBreton: médiation de la dernière chance

Nouveau rebondissement dans le controversé dossier du mégaprojet d’aménagement des plaines LeBreton. Après des poursuites déposées de part et d’autre, les groupes impliqués viennent de s’entendre pour tenter un ultime effort en médiation, à quinze jours de la date butoir fixée par la Commission de la capitale nationale (CCN).

Le président de GBA Development and Project Management, Graham Bird, a indiqué par voie de communiqué, vendredi, qu’il réfutait toutes les allégations contenues dans la poursuite civile déposée par Capital Sports Management Inc. (CSMI), dirigée par le président des Sénateurs d’Ottawa, Eugene Melnyk.

Les partenaires du consortium RendezVous LeBreton (GBA, CSMI et Trinity Development Group) ont toutefois convenu de se lancer dans un processus de médiation, « dans un espoir de réconciliation [...] avant la date butoir du 19 janvier 2019 », indique-t-on dans le communiqué.

« [Le projet] IllumiNation LeBreton est trop important pour échouer et il vaut la peine d’être sauvé, a déclaré M. Bird dans le communiqué. Nous espérons que les parties saisiront cette opportunité pour que le projet avance. »

En novembre, la CCN avait annoncé que le projet de réaménagement des plaines LeBreton stagnait en raison « d’enjeux non résolus » entre les promoteurs du Groupe RendezVous LeBreton.

Le lendemain de cette annonce, Eugene Melnyk et CSMI déposaient une poursuite de 700 millions $ en « dommages et intérêts découlant de l’échec du partenariat » contre le groupe Trinity.

Le propriétaire des Sénateurs accuse Trinity de conflits d’intérêts en raison d’un projet de tours d’habitation qui doit voir le jour sur la rue Albert, tout près des plaines. 

Un mois plus tard, Trinity et son président John Ruddy répliquaient avec une poursuite d’un milliard de dollars contre CSMI, en accusant entre autres M. Melnyk de vouloir obtenir un amphithéâtre à rabais.

La CCN avait ensuite annoncé qu’elle cassait son partenariat avec RendezVous LeBreton, en précisant que la résiliation des conditions avec le consortium entrerait en vigueur le 19 janvier.

Les plaines LeBreton doivent, en principe, accueillir environ 4400 unités d’habitation ainsi qu’un nouvel amphithéâtre de quelque 18 000 sièges qui sera le domicile des Sénateurs d’Ottawa. Il s’agit d’un projet de quelque 4 milliards $ devant s’échelonner sur une vingtaine d’années.

L’autre consortium qui était dans la course en 2016 pour le développement des plaines LeBreton, DCDLC-Devcore, s’est pour sa part dit prêt, le mois dernier, à prendre les rênes du vaste projet d’aménagement.

La CCN n’a pas voulu commenter, vendredi, le recours à cette démarche de médiation par les partenaires du consortium RendezVous LeBreton.

La direction des Sénateurs d’Ottawa n’a pas non plus voulu émettre de commentaires.