L’organisme ACORN invite ses membres et ceux vivant dans des logements insalubres à participer aux consultations de la Ville d'Ottawa en janvier 2019.

Manifestation pour des logements salubres

Des logements salubres et sécuritaires pour les moins nantis, c’est que revendique l’organisme ACORN. Les membres ont manifesté devant l’hôtel de ville d’Ottawa mercredi et demandent à la municipalité de délivrer des permis pour les propriétaires.

Plusieurs logements abordables ont des problèmes de coquerelles, de punaises de lit, de moisissure ou sont dans de piètres états, citent les représentants d’ACORN.

«Ça prend une approche plus compréhensive de la situation. Les restaurateurs ont des permis pour servir de la nourriture et pour éviter que les gens tombent malades, selon nous les propriétaires de logements devraient aussi avoir un permis pour assurer la santé et la sécurité des locataires», mentionne Blaine Cameron, membre de l’organisme.

M. Cameron reproche à la réglementation existante d’être «très réactive» et croit que tous en sortiraient gagnants avec des mesures proactives.

De son côté, Meagan Wiper a vécu dans un logement qu’elle qualifie d’insalubre pendant près de deux ans. Le plancher de sa salle de bain devait être remplacé, mais le propriétaire n’intervenait pas. «Il a mis du plancher par dessus celui qui était brisé. Ma salle de bain était au-dessus de ma cuisine et on pouvait encore voir la fuite d’eau», raconte-t-elle.

Selon elle, un permis permettrait de résoudre le problème qui touche plusieurs logements abordables à Ottawa.

«Les propriétaires seraient redevables s’ils avaient des permis», soutient Mme Wiper.

La Ville d’Ottawa doit tenir des consultations en janvier 2019 et l’organisme ACORN souhaite que ses membres et ceux vivant dans des logements insalubres y participent.

«Il faut s’assurer que nos préoccupations soient entendues et prises en considération dans la nouvelle réglementation», lance M. Cameron.