Lisa MacLeod a tenu à rassurer le maire Watson sur les intentions de son chef.

MacLeod rassurante sur la taille du conseil d'Ottawa

« J’ai discuté avec le premier ministre hier soir et il n’a aucunement l’intention de réduire la taille du conseil municipal à Ottawa. »

La députée de Nepean, Lisa MacLeod, a tenu à rassurer les citoyens d’Ottawa quant à la possibilité que le conseil municipal subisse une cure minceur. 

Le premier ministre Doug Ford a déclaré, dans une entrevue accordée à une station de radio de Toronto lundi, qu’il se concentrait sur les démarches déjà entreprises du côté de la Ville-Reine. Il a ajouté avoir répondu à de nombreux appels de citoyens d’Ottawa, suggérant que les citoyens veulent un conseil plus petit. 

« J’ai reçu de nombreux appels venant d’Ottawa. Je ne sais pas ce qui se passe à Ottawa, mais je reçois des appels incessants de la région d’Ottawa. En fait, j’en reçois à la grandeur de la province », a-t-il déclaré sur les ondes.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, s’est dit rassuré par la précision apportée par Mme MacLeod.

« Je pense que la ministre a été très claire en disant qu’il n’y aurait pas de changement. Je pense que la ministre et le premier ministre comprennent qu’Ottawa et Toronto sont complètement différents », souligne M. Watson.

Cet été, Ford a adopté un projet de loi pour réduire de 47 à 25 le nombre de conseillers municipaux à Toronto. Après qu’un juge ait bloqué la loi lundi, M. Ford a évoqué la possibilité d’ajouter la disposition de la dérogation lorsque ses avocats porteront en appel la décision. Cette disposition lui permettrait de créer la loi en faisant fi de certains droits figurants dans la Charte.

Mme MacLeod a défendu les décisions de son gouvernement en rappelant que les municipalités sont une création de la province.

« L’administration Ford a fait campagne sur la volonté de rendre le gouvernement plus efficace. Constitutionnellement, nous avons le droit de prendre des décisions sur les municipalités comme nous avons fait à l’an 2000 quand nous avons fusionné la ville d’Ottawa », soutient la députée conservatrice.

Plusieurs défis

Par ailleurs, Lisa MacLeod a fait le survol des défis qui l’attendent au cours de son mandat en prenant la parole devant une salle comble dans le cadre du déjeuner du maire. 

Racontant le chemin qui l’a mené jusqu’à Ottawa à 23 ans, Mme MacLeod compare la capitale fédérale à une « terre d’opportunités ». 

Au terme des dernières élections provinciales, le gouvernement progressiste-conservateur a été élu avec une majorité de sièges à Queen’s Park. Le premier ministre Ford lui a aussi confié le rôle de  la ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires et de ministre déléguée à la Condition féminine.

« Mon rôle non officiel, comment mes collègues me surnomment, c’est ministre de plusieurs choses, incluant l’immigration, la réduction de la pauvreté, la justice des jeunes », énumère-t-elle.

Elle entend prendre les rênes et aider son gouvernement à réorganiser le programme d’assistance sociale, entre autres.

« L’Ontario s’est dirigée vers la mauvaise direction pendant trop d’années, déplore-t-elle. Ce n’est pas une déclaration politique, c’est un fait. Une personne sur sept vit dans la pauvreté. Nous avons mis les programmes en silos et piégé les gens dans le cycle de la pauvreté. »

À l’immigration, elle souhaite augmenter le seuil d’immigration francophone. Son ministère aurait une enveloppe d’environ 100 millions $ « pour intégrer les nouveaux arrivants dans notre société ».