Claudette Boyer, directrice générale de l'Association canadienne-française de l'Ontario Ottawa

L'Ontario français en deuil

Une des figures les plus marquantes de la francophonie ontarienne des 30 dernières années est décédée dans la nuit de samedi à dimanche.
La directrice générale de l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO), Claudette Boyer, a rendu l'âme à l'hôpital Montfort, vers minuit, après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) plus tôt en journée. Elle avait 75 ans.
Son état de santé était de plus en plus fragile, elle qui avait déjà subi un premier AVC en août 2011.
Enseignante de formation et diplômée de l'Université d'Ottawa, Mme Boyer a oeuvré dans le milieu scolaire pendant 30 ans. C'est à ce moment qu'elle fait ses premières armes dans le milieu associatif, au sein de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO).
Le reste de sa vie sera marqué par un profond engagement envers la communauté franco-ontarienne. Son désir d'améliorer le sort de ses concitoyens la poussera bientôt à s'impliquer en politique.
D'abord dans l'ombre, en tant qu'organisatrice de campagne électorale, notamment aux côtés de Bernard Grandmaître, à huit reprises, et de l'ancien sénateur Jean-Robert Gauthier, décédé en décembre 2009. Puis, sous le feu des projecteurs, comme députée provinciale d'Ottawa-Vanier, entre 1999 et 2003.
Femme de combat et d'action, Mme Boyer a d'ailleurs été la toute première femme francophone à être élue à l'Assemblée législative de l'Ontario. Son entrée en politique active a toutefois été rapidement ternie par une affaire judiciaire. Elle plaide coupable d'entrave à la justice dans un litige impliquant son conjoint, peu de temps après avoir été élue, entraînant sa suspension puis son expulsion du caucus libéral, un geste que plusieurs ont condamné. Elle siégea ensuite comme députée libérale indépendante jusqu'à la fin de son mandat, qu'elle ne chercha pas à renouveler.
Durant près de 40 ans, Mme Boyer a cumulé les fonctions au sein d'organismes militant pour la cause des francophones à Ottawa et dans la province d'Ontario.
L'Association des conseils scolaires (AFCSO), l'Association canadienne d'éducation de langue française (ACELF), l'ACFO provinciale, l'Hôpital d'Ottawa, l'Hôpital Montfort, le Muséoparc de Vanier et le Centre canadien de leadership en éducation (CLÉ) ont tous bénéficié de son vaste réseau de connexion en haut lieu.
Son dynamisme et dévouement pour la francophonie lui ont valu de nombreuses reconnaissances, dont l'Ordre de la Pléiade et du dialogue des cultures, décerné par la Section de l'Ontario de l'Assemblée internationale des parlementaires de langue française.
Elle était directrice générale de l'ACFO Ottawa depuis octobre 2007. Son décès survient moins d'une semaine avant la présentation du 13e gala des Prix Bernard Grandmaître dont elle était la principale artisan. La remise des prix, qui célèbre l'implication pour la cause franco-ontarienne, ne serait toutefois pas compromise, selon M. Grandmaître.
Elle laisse dans le deuil ses trois enfants.