Plusieurs dignitaires étaient réunis vendredi dans des logements communautaires du secteur Nepean pour souligner les impacts positifs d’un partenariat unissant l’organisme et l’entreprise Enbridge.

Logements communautaires à Ottawa: une empreinte écologique en baisse

La Société de logement communautaire d’Ottawa (LCO) tend de plus en plus à abaisser l’empreinte écologique de son parc immobilier.

Certains travaux d’immobilisation dans ses édifices, par exemple le remplacement de chaudières et générateurs de ventilation tempérée ont permis de réduire les émissions de CO2 de 488 tonnes. C’est l’équivalent de ce que produisent 163 véhicules par an.

« Non seulement nous sommes très avant-gardistes dans le type de bâtiment que nous érigeons, mais on essaie aussi de se demander si on peut rendre les édifices déjà existants plus verts. Nous ne parlons pas des deux côtés de la bouche, on s’assure d’avoir les standards les plus élevés », souligne le conseiller municipal et président de LCO, Mathieu Fleury.

À cet effet, plusieurs dignitaires étaient réunis vendredi dans des logements communautaires du secteur Nepean pour souligner les impacts positifs d’un partenariat unissant l’organisme et l’entreprise Enbridge.

À titre d’exemple, l’installation récente de 1200 thermostats intelligents permettra à LCO d’épargner près de 80 000 $ sur les coûts liés aux services publics pour l’ensemble de son parc de logements. Par conséquent, les émissions de CO2 seront réduites de 488 tonnes, soit l’équivalent des émissions de 94 véhicules par année. Ces thermostats ont été fournis dans le cadre du Programme de rénovation énergétique de l’habitat pour l’hiver d’Enbridge.

L’entreprise Enbridge a également profité de l’événement pour remettre la somme de 406 000 $ à LCO en raison de sa baisse de consommation de gaz naturel en 2018.

« Ce sont des ententes gagnant-gagnant. Cela profite autant aux locataires qu’à la ville, au gouvernement et à la compagnie », d’ajouter M. Fleury.

Pour illustrer les efforts déployés par l’organisation pour réduire l’empreinte écologique, il souligne les 42 nouveaux logements abordables pour les aînés dans la communauté Carlington, inaugurés à la mi-février.

« Le coût énergétique de chaque unité sera de moins de 100 $ par an. C’est quand même impressionnant. C’est le coût équivalent à laisser son séchoir à cheveux fonctionner toute l’année dans la même prise », lance l’élu.

Le parc immobilier géré par LCO comprend près de 15 000 logements où habitent plus de 32 000 locataires.