Le conseiller d’Ottawa, Mathieu Fleury, affirme que la Ville fera du logement social une priorité.

Logements abordables: de l’aide réclamée pour les personnes vulnérables

Plus d’une dizaine d’organismes communautaires affirment faire face à une augmentation de la demande d’aide, tant pour les jeunes en situation vulnérable que les femmes victimes de violence. Ils ont fait part de leurs doléances afin que la Ville d’Ottawa leur alloue des ressources financières stables pour faire face à la situation.

Opération rentrer au foyer, qui offre des services aux jeunes qui sont à risque d’itinérance a enregistré une augmentation de 15 % de demande d’aide l’an dernier.

L’organisme demande 20 000 $ à la Ville afin de pouvoir garder leur troisième membre du personnel à l’emploi et ainsi répondre aux quelque 60 adolescents supplémentaires qui cogneront à sa porte cette année.

« On vit beaucoup de pression. Les enjeux que vivent les jeunes sont beaucoup plus complexes de nos jours. Nous traitons avec des jeunes qui ont plusieurs problèmes d’apprentissage et plusieurs sont passés par le système d’aide à l’enfance. Il n’y a pas beaucoup de débouchés pour eux et certains sont violents », raconte Elspeth McKay, directrice générale d’Opération rentrer au foyer.

Son organisation partageait une enveloppe ponctuelle de près de 100 000 $ en 2018 avec neuf autres organismes. Les bénéficiaires demandent à la Ville de leur allouer des fonds plus stables.

Le Comité des services communautaires et de protection a approuvé un budget de près de 1,4 milliard de dollars jeudi. Le conseil doit voter lors de la réunion du 6 mars.

Logement abordable

La Ville prévoit investir 15 millions de dollars dans son budget de 2019 afin de construire de nouveaux logements abordables. L’initiative a été saluée par plusieurs membres de la communauté, jeudi, mais ces derniers souhaitent que la municipalité s’engage à long terme afin de répondre à la crise.

Le conseiller et président de Logement communautaire Ottawa, Mathieu Fleury, affirme que son intention est d’investir dans le long terme.

« Le prochain gros rapport qui s’en vient à la Ville c’est les priorités du mandat du conseil. Dans ce contexte, Catherine McKenney, moi et le maire on essaie de formuler quelles seront les stratégies pour les trois prochaines années du mandat pour identifier des montants identiques ou supplémentaires », confie l’élu qui soutient qu’il y a une volonté politique autour de la table.

Selon lui, en proposant 15 millions de dollars chaque année la ville démontrait clairement qu’elle a une vision.