La durée de la saison hivernale a des répercussions sur le déficit du budget des opérations de la Ville d'Ottawa.

L'hiver clément fait du bien aux finances d'Ottawa

Le déficit du budget des opérations de la Ville d'Ottawa se situe à 42 millions $ en 2015, ce qui est moins élevé que prévu, en raison notamment d'une saison hivernale écourtée. Il y aura donc davantage de fonds dans la réserve consacrée aux immobilisations pour le projet du train léger en 2017 et 2018.
La Ville a donné un aperçu de son budget des opérations pour l'année 2015, mardi, devant le comité des finances et du développement économique.
À moins d'imprévus, la réserve pour les projets d'immobilisation passera de 213 millions $ en 2015 à environ 267 millions $ en 2016. Cette somme est réservée aux grands projets autorisés, comme le train léger. Une partie des sommes supplémentaires provient des redevances sur les taxes sur l'essence accumulées sur plusieurs années, a précisé la trésorière adjointe des finances, Isabelle Jasmin.
«C'est une augmentation de plus de 50 millions $, c'est une bonne nouvelle pour la Ville», s'est exclamé le maire Jim Watson lors d'un point de presse.
Par contre, cette somme de 267 millions $ n'est pas coulée dans le béton, puisque l'hiver n'est pas fini et que les opérations de déneigement coûtent cher. Les fonctionnaires municipaux doivent proposer des façons de mener ces opérations à moindre coût, tel que proposé par le vérificateur général de la ville.
Le déficit prévu du budget des opérations était de l'ordre de 56 millions $ en 2015, mais la Ville s'est serré la ceinture en décrétant un gel d'embauche, en suspendant l'embauche d'experts-conseils et en limitant certaines dépenses comme la participation à des conférences. Le gel d'embauche sera toujours en vigueur pendant les six premiers mois de l'année, sauf pour les employés jugés essentiels.