Jusqu'ici cette année, près de 150 000 nids-de-poule ont été réparés par les cols bleus d'Ottawa.

Les poules ont déjà fait leur nid

La saison des nids-de-poule a commencé plus tôt qu'à l'habitude à Ottawa, gracieuseté des sautes d'humeur de dame Nature.
Après le déblaiement de la neige, et le déglaçage des routes et des trottoirs, les cols bleus de la Ville s'attardent maintenant au remplissage de crevasses dans les chaussées aux quatre coins de la capitale nationale.
« Nos 14 équipes sont sur le terrain depuis la semaine dernière, informe Kevin Wylie gestionnaire de l'entretien des routes pour la municipalité. Ils remplissent les nids-de-poule à longueur de journée avec de l'asphalte frais. C'est plus efficace quand il est frais. Nous utilisons environ 20 tonnes d'asphalte par jour. »
M. Wylie rappelle que les soudaines variations de température en ce début d'année font en sorte que les nids-de-poule sont apparus beaucoup plus rapidement qu'à l'habitude. « Normalement, c'est plus tard à l'hiver, et évidemment au printemps. »
Les routes principales sont particulièrement victimes de ce type de bris. La rue Baseline, dans le sud de la ville, est un exemple parfait, dit-il.
« Les nids-de-poule sont petits au début, mais le passage constant de voitures brise davantage l'asphalte et crée ainsi de plus gros trous. C'est pour ça que nous tentons de les réparer le plus tôt possible. [...] Dans le cas de la rue Baseline, elle doit être complètement asphaltée l'an prochain. Pour l'heure, on patche les trous. »
Le chemin Mervivale a aussi fait des victimes. Roger P. Gervais a même publié une photo de sa roue avec une jante renfoncée. « Attention aux mauvaises surprises causées par les nids-de-poule à Ottawa », avertit-il.
Les dommages occasionnés par ce type d'imprévu de la route peuvent être remboursés par la Ville. Toutefois, 30 jours doivent normalement s'écouler entre le signalement du nid-de-poule et sa réparation pour obtenir un remboursement, évoque M. Wylie.
Des 497 plaintes à la Ville l'an dernier, 17 se sont conclues par un dédommagement.
Fort de son budget de 6 millions $, Ottawa répare environ 180 000 nids-de-poule par année. De ce nombre, seulement 4000 ont été signalés par des citoyens.