L’organisation des Marchés d’Ottawa doit améliorer ses communications en français.

Les Marchés d’Ottawa doivent «améliorer la situation»

Le délai pour fournir des documents en français par la Société de services municipaux des marchés d’Ottawa est inacceptable selon des élus d’Ottawa.

L’organisation des Marchés d’Ottawa a été formée en janvier dernier pour prendre en charge la gestion des marchés By et Parkdale qui sont la propriété de la Ville.

Lors de la réunion des membres, mercredi, le rapport qui présentait entre autres le plan stratégique de l’organisme était disponible uniquement en anglais. Ce n’est que 24 heures plus tard, après en avoir fait la demande à plus d’une reprise, que Le Droit a pu obtenir une copie dans la langue de Molière. La présentation PowerPoint était en cours de traduction, a-t-on expliqué.

« C’est un problème et je ne suis pas d’accord avec ça. Il faut qu’ils améliorent la situation », a déclaré le maire Jim Watson au terme de la réunion mercredi.

L’absence du français se fait aussi sentir sur les réseaux sociaux. Depuis l’entrée en fonction de l’organisme en janvier dernier, à peine 10 publications ont été rédigées dans la langue de Molière sur les quelque 400 tweets.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, où se trouve le marché By, ne cache pas son insatisfaction.

« C’est une organisation qui vient de débuter, peut-être que c’est un redressement approprié pour eux de comprendre leur responsabilité d’offrir des services dans les deux langues. La Ville est officiellement bilingue, rappelle Mathieu Fleury. C’est un partenaire de la Ville de façon directe et indirecte. On n’a pas d’autorité officielle, mais ils ont un devoir public pour que leurs documentations et leurs informations soient disponibles dans les deux langues. Légalement ils ne sont pas obligés, mais moralement ils le sont. »

Invité à commenter, le directeur général des Marchés d’Ottawa assure que l’organisation veut fournir des services dans les deux langues

« Selon notre mandat, on doit être aussi bilingue que possible. Nous faisons notre possible avec les ressources à notre disposition », soutient Jeff Darwin qui admet que son équipe doit s’améliorer.