C’est le grand jour pour le train léger d'Ottawa.

Les leçons à tirer pour la phase 2

La route a été longue pour arriver au lancement de la Ligne de la Confédération. Quelles leçons tirent les dirigeants de la Ville d’Ottawa de cet enchaînement de péripéties pour le développement des prochaines phases du projet ?

Les problèmes ont véritablement commencé au début de l’été 2016 lorsqu’un trou béant s’est ouvert sur la rue Rideau. Les images ont fait le tour du monde et ont inspiré de nombreuses blagues sur le web, mais en coulisses, on n’entendait pas à rire.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, croit que cet incident a en quelque sorte été une distraction pour les élus et les hauts dirigeants de la municipalité.

« C’était un système plus compliqué à l’étape 1 parce qu’il y avait le tunnel. L’étape 2, ce sera plus facile », indique M. Watson.

À LIRE AUSSI : Le jour J est enfin arrivé

Petit guide utile pour les usagers du train léger

« Le défi initial, c’était le tunnel. Avec du recul, je crois que nous avons détourné notre attention de l’assemblage du train et c’est devenu le plus important problème », ajoute le premier magistrat d’Ottawa.

La livraison des trains est le principal obstacle qui a mené aux derniers retards avant la mise en service de l’infrastructure, au point où le maire d’Ottawa a convoqué le président de la multinationale française Alstom, retenue pour livrer les véhicules.

« Notre objectif maintenant pour la phase 2, c’est de garder un œil attentif sur tous les aspects du projet en même temps et pousser plus fort, ne pas juste présumer que tout va bien parce qu’on n’a pas de nouvelle », conclut M. Watson.

La suite

La Ligne de la Confédération est la « colonne vertébrale » du futur réseau de train léger d’Ottawa, mais c’est à la fin de la phase 2 que les résidents de la capitale fédérale remarqueront véritablement les changements qu’apporte cette infrastructure, selon Jim Watson.

Les rails seront prolongés à l’est, à l’ouest et au sud.

Les prolongements dans les trois directions seront tour à tour au réseau, au fur et à mesure que les travaux seront terminés.

Selon les plus récentes estimations, le train amènera des passagers jusqu’à l’intersection Limebank/Earl Armstrong au sud de la ville en 2022, jusqu’au chemin Trim à l’est en 2024 et jusqu’à la promenade Moodie en 2025.

À la fin de la phase 2, OC Transpo estime que 77 % des résidents d’Ottawa se trouveront dans un rayon de 5 kilomètres d’une station de train léger.

+

LA LIGNE DE LA CONFÉDÉRATION, À TRAVERS SES MOMENTS MARQUANTS

14 février 2013

Contrat signé avec le Groupe de transport Rideau pour la conception, la construction et l’entretien de la Ligne de la Confédération

20 avril 2013

Début de la construction de la Ligne de la Confédération

21 février 2014

Affaissement sur la rue Waller

8 juin 2016

Important affaissement de la rue Rideau

2 novembre 2017

Deuxième effondrement de la chaussée sur la rue Rideau

6 février 2018

Confirmation que la date d’échéance initiale du 24 mai 2018 ne pourra être respectée

4 mai 2018

Le crampon de la Ligne de la Confédération est installé

10 septembre 2018

Annonce du second retard dans la livraison du projet

5 mars 2019

Troisième retard dans la livraison de la Ligne de la Confédération

15 mai 2019

RTG échoue les tests de mise en fonctionnement du certificateur indépendant, ce qui l’empêche de livrer avant la date limite fixée au 30 juin

18 juin 2019

Retards dans la livraison des trains: le maire d’Ottawa rencontre le président de la multinationale française Alstom

25 août 2019

La Ville d’Ottawa reçoit les clés du train léger de la part du consortium RTG

3 septembre 2019

Le Groupe de transport Rideau (RTG) reçoit un avis de «disponibilité du service» de la part du vérificateur indépendant

14 septembre 2019

Lancement officiel de la Ligne de la Confédération