Les fausses alertes coûteront plus cher à Ottawa

Les fausses alertes coûteront plus cher aux résidants d'Ottawa. Les contribuables qui se munissent d'un système d'alarme à la maison ne seront dorénavant plus tenus de payer un frais d'enregistrement de 45 $ à la police, mais ils recevront une facture de 116,80 $ à chaque fois qu'ils occasionneront un déplacement inutile aux policiers.
Il s'agit d'une hausse de près de 30 % par rapport aux 80 $ actuellement exigés pour chaque fausse alerte. La Commission des services policiers d'Ottawa (CSPO) dit vouloir pallier les pertes de revenus engendrées par l'élimination du frais d'enregistrement.
Il était d'abord question de hausser les frais associés à une fausse alerte de 80 $ à 93,50 $ mais les membres de la CSPO en ont rajouté. À 116,80 $, l'amende imposée couvrira entièrement le prix du déplacement inutile d'un policier.
La police d'Ottawa a commencé à imposer des frais d'enregistrement aux résidants et commerçants protégés par un système d'alarme en 1998. Un rapport de la CSPO indique que le nombre de fausses alertes a baissé de 25 % au cours de la dernière décennie.
Au cours de cette période, les policiers ont eu à intervenir à un peu plus de 281 000 occasions à la suite du déclenchement d'un système d'alarme. Seulement 6100 étaient de vraies alertes, indique le rapport. Il y a 74 800 édifices protégés par un système d'alarme à Ottawa.
« Beaucoup d'alarmes sont déclenchées à cause d'animaux domestiques ou parce que des systèmes d'alarmes sont désuets ou mal installés. Nous devons pénaliser ceux qui abusent du système », a fait valoir le conseiller Bob Monette.
Question de « donner plus de dents » au règlement, comme l'a décrit la conseillère Maria McRae, un frais supplémentaire de 25 % sera imposé après la première fausse alerte. L'amende sera alors d'environ 145 $ pour une deuxième ou une troisième fausse alerte.
Par ailleurs, hier soir, la CSPO a approuvé l'achat d'un véhicule blindé de 340 000 $ qui servira à l'unité tactique de la police d'Ottawa.