La Ville d’Ottawa pourrait bien accepter dès le milieu de l’année 2019 les sacs de plastique et les excréments de chiens dans les bacs verts.

Les excréments de chiens seront acceptés

La Ville d’Ottawa pourrait bien accepter dès le milieu de l’année 2019 les sacs de plastique et les excréments de chiens dans les bacs verts. Un élargissement au programme de compostage qui se traduira par une facture additionnelle de 625 000$ pour la capitale, soit moins de 2$ par année par foyer.

C’est l’un des éléments principaux qui ressort du nouveau contrat que la Ville est sur le point de signer avec la compagnie Orgaworld, lequel sera présenté aux élus la semaine prochaine, lors de la réunion du Comité de l’environnement et de la protection climatique, prévue lundi. Une entente qui permettrait à Ottawa et à l’entreprise de mettre un terme à leur conflit, les dernières années ayant été «difficiles et empreintes de litiges», précise-t-on. L’acceptation de ces items dans la collecte hebdomadaire éliminerait la nécessité d’utiliser des doublures spéciales, tout en réduisant les problèmes d’odeurs et d’animaux nuisibles, soutient l’administration municipale. D’ailleurs, Orgaworld prévoit injecter près de quatre millions $ afin d’augmenter la capacité de son usine et améliorer la gestion des odeurs.

«Un service de cueillette des ordures plus commode et efficace ainsi qu’un meilleur rapport qualité-prix constituent des avantages considérables du nouveau contrat proposé. Je suis ravi que la Ville recommande dans ce rapport une meilleure approche de l’élimination des matières organiques, car cela permettra aux résidents d’éviter plus facilement que ces matières se retrouvent dans nos décharges et mettra fin à un conflit permanent avec notre entrepreneur», de dire le maire Jim Watson.

Selon la Ville, ces modifications au contrat qui viendra à échéance en 2030 seront avantageuses sur plusieurs aspects pour la capitale, par exemple en raison de la réduction des coûts de traitement pour les sacs de plastique et des excréments de chiens, qui passeront de 151 $ à 125$ la tonne. La Ville pourra aussi faire des économies atteignant 2,7 millions $ en raison de l’abaissement du poids minimal (75 000 tonnes) de matières organiques qui doivent être confiées à Orgaworld.

Le personnel municipal recommande aussi la création d’un projet pilote visant l’installation de bacs verts dans les parcs à chiens dès que le service élargi aura été lancé l’an prochain. Depuis son instauration en 2010, le Programme de bacs verts a permis de réorienter environ 533 000 tonnes de matières organiques.

Une fois examiné par le Comité de l’environnement et de la protection climatique, le rapport devra obtenir le sceau d’approbation du conseil municipal le 28 mars.

Du côté de Gatineau, ni les excréments de chiens ni les sacs de plastique conventionnels ne sont acceptés dans les bacs de compostage. Seuls les sacs de plastique biodégradables peuvent y être déposés.