Sept des 12 candidats à la mairie d’Ottawa ont croisé le fer à l’invitation conjointe de la Chambre de commerce d’Ottawa, de Tourisme Ottawa et de l’Association des hôtels d’Ottawa-Gatineau.

Les enjeux touristiques de la capitale

Sept aspirants maires ont participé au débat sur le tourisme et son incidence sur l’économie locale, lundi soir à Ottawa.

Ils ont pu partager leur vision pour la capitale fédérale sur des sujets comme l’aide financière pour les festivals ou encore les mesures à prendre pour attirer les touristes à revenir plus d’une fois. Ils se sont aussi exprimés sur la réglementation des sites de location immobilière de courte durée comme Airbnb.

Sept des 12 candidats aux élections du 22 octobre ont répondu à l’invitation conjointe de la Chambre de commerce d’Ottawa, de Tourisme Ottawa et l’Association des hôtels d’Ottawa-Gatineau. Un huitième candidat, Bernard Couchman, a quitté le débat après son allocution d’ouverture.

Joey Drouin croit que la région doit créer une organisation qui englobe les deux côtés de la rivière des Outaouais afin de tirer son épingle du jeu.

« Nous serions plus efficaces, estime-t-il. Nous pourrions ainsi célébrer la culture francophone du côté de Gatineau et la culture anglophone à Ottawa ainsi que la culture autochtone. »

Plus de 11 millions de visiteurs étaient de passage à Ottawa en 2017, la municipalité doit s’assurer que la croissance se poursuive croient les acteurs du milieu.

Pour se faire, le maire sortant est d’avis qu’on doit offrir des événements hors du commun comme ce fût le cas lors des célébrations du 150e anniversaire de la confédération.

« Quand les gens viennent pour la première fois le défi c’est qu’ils reviennent une deuxième et une troisième fois. Il faut leur offrir de nouvelles idées. En 2017 nous avons proposé des événements qui sortent de l’ordinaire comme le pique-nique sur le pont et La Machine, mais ça prend de l’argent. Nous devons travailler avec nos partenaires et les gouvernements provincial et fédéral pour profiter du momentum et ramener certains de ces événements », soutient Jim Watson.

Le marché By est un pôle d’attraction touristique. Les organisateurs du débat ont voulu connaître la stratégie des candidats pour rendre ce secteur plus sécuritaire, mais aussi pour répondre aux enjeux liés à la consommation de drogue.

Bruce McConville souhaite augmenter le nombre d’agents de police qui patrouillent les rues du marché à pied. Il croit aussi que la municipalité doit s’attaquer aux enjeux d’itinérance en revoyant le modèle des refuges pour sans-abri.

« Le modèle présent crée une ambiance ghetto », souligne M. McConville.

Pour contribuer à l’image de marque de la capitale et attirer les touristes, Moises Schachtler veut augmenter le budget pour les activités particulièrement au centre-ville.

« Je veux permettre aux commerces dans le marché By d’ouvrir leurs portes jusqu’à 4 h du matin et d’être accessibles 24 heures les vendredis et samedis pour attirer les touristes », affirme-t-il.

Concernant la plate-forme Airbnb, les sept candidats ont des opinions partagées quant à la nécessité de la réglementer.

« On voit que les hôtels souffrent. La Ville doit investir et aider les hôteliers », croit Ahmed Bouragba.

M. Watson a tenu à rappeler que la municipalité a conclu une entente avec le site de location.

« Je n’ai rien contre les gens qui louent leur maison sur une base occasionnelle. Ceux qui sont problématiques ce sont les gens qui louent sur une base régulière. Nous devons avoir un système en place pour ces personnes qui gèrent une entreprise dans un secteur résidentiel », confie-t-il.