Quinze conseillers municipaux s’opposent au choix du maire Watson quant à la sélection des membres des différents comités

Les choix du maire Watson divisent

Un peu plus du tiers des élus se sont opposés aux choix du maire Jim Watson concernant la sélection des membres au sein des différents comités qui siègent à l’hôtel de ville.

Dans un vote à 15 contre 9, les conseillers qui n’ont pas appuyé la motion soutiennent que la représentation des quartiers du centre-ville n’est pas reflétée dans les comités, dont ceux des finances et de l’urbanisme.

« Ce que je vois ici devant moi ne me donne pas la certitude que la diversité des voix sera entendue et qu’il y aura une diversité des voix quand une décision sera prise sur des projets qui ont beaucoup d’impact et d’importance. Je pense que nous devons nous assurer que toutes les parties de la ville soient représentées. S’il n’y avait pas une seule voix rurale ou de l’est de la ville, je ferais la même chose », soutient la conseillère du quartier Somerset, Catherine McKenney.

Cette dernière a voté contre la proportion tout comme ses collègues Mathieu Fleury, Tobi Nussbaum, Shawn Menard, Riley Brockington, Theresa Kavanagh, Jeff Leiper, Rick Chiarelli et Diane Deans.

Afin d’ajouter de voix au comité d’urbanisme, le conseiller Jeff Leiper a présenté une motion afin que Shawn Menard et Riley Brockington soient ajoutés aux membres qui y siègent puisqu’ils avaient signifié leur intérêt.

« Je pense que c’est crucial d’entendre les voix urbaines au Comité d’urbanisme. Le volume de demandes qui donnent une nouvelle forme à notre centre-ville est extraordinaire et ça prend des conseillers qui comprennent les tensions. En ajoutant MM. Brockington et Menard, on ne peut qu’améliorer la qualité du travail qui sera fait sans augmenter la discorde. Ça ne peut être que positif d’avoir plus de voix à la table », a plaidé M. Leiper qui est le seul élu urbain à siéger au Comité d’urbanisme.

Le personnel municipal a précisé qu’il y avait bel et bien des sièges vacants au sein du comité et qu’il était possible d’ajouter des nominations. Toutefois, le maire Watson a exhorté les conseillers à ne pas appuyer la motion de Jeff Leiper. En tout, 15 élus se sont rangés derrière le maire.

Par ailleurs, le maire a présenté un amendement technique afin d’ajouter le conseiller Stephen Blais comme membre du Comité d’urbanisme. M. Watson a expliqué qu’une erreur s’était produite et que le nom du conseiller de Cumberland devait figurer parmi les membres.

Concernant la dissidence des élus sur les choix proposés pour composer les différents comités, le maire rappelle que tous élus peuvent assister aux réunions et poser des questions en plus d’ajouter que la décision finale revient au conseil municipal.

« Ce n’est pas une science exacte. On n’a pas toujours la chance de répondre au premier ou deuxième choix de tout le monde, nous essayons de faire de notre mieux, explique M. Watson. Je pense que nous avons mis ensemble un ensemble de candidats qui vont bien servir la ville. »

Orientations budgétaires

Les élus ont adopté le processus budgétaire en vue de l’adoption du budget 2019 qui doit avoir lieu en mars.

Le conseil voté pour que la hausse de la taxe foncière ne dépasse pas 3 %, le pourcentage le plus haut depuis les huit dernières années.

« On ne sait pas ce qui va se passer avec le budget provincial et c’est vraiment une grande question pour toutes les municipalités en Ontario. C’est nécessaire d’avoir plus de flexibilité avec les priorités de la Ville », explique le maire.