Les résidents du quartier Cumberland, dans l’est d’Ottawa, pourraient être appelés à se rendre aux urnes le 5 octobre prochain afin d’élire la personne qui occupera le siège laissé vacant par le départ de Stephen Blais cet hiver.
Les résidents du quartier Cumberland, dans l’est d’Ottawa, pourraient être appelés à se rendre aux urnes le 5 octobre prochain afin d’élire la personne qui occupera le siège laissé vacant par le départ de Stephen Blais cet hiver.

L’élection partielle de Cumberland pourrait se tenir le 5 octobre

Les résidents du quartier Cumberland, dans l’est d’Ottawa, pourraient être appelés à se rendre aux urnes le 5 octobre prochain afin d’élire la personne qui occupera le siège laissé vacant par le départ de Stephen Blais cet hiver.

L’ancien conseiller du quartier, Stephen Blais, a dû quitter son poste après avoir été élu comme député provincial de la circonscription d’Orléans en février dernier. M. Blais a été élu sous la bannière libérale. Son poste au conseil a officiellement été laissé vacant le 25 mars.

Dans un rapport rédigé par le greffier municipal de la Ville, Rick O’Connor, la date retenue pour l’élection partielle dans Cumberland serait celle du 5 octobre. Le vote par anticipation pourrait se tenir les 28 et 29 septembre.

Avec la pandémie de COVID-19, le vote initial, qui devait avoir lieu au plus tard le 8 juin, a été repoussé pour des raisons de sécurité. Malgré tout, M. O’Connor souligne que l’élection partielle d’octobre devrait avoir lieu dans les règles de l’art.

« En raison de la COVID-19, le personnel recommande que l’élection partielle dans le quartier 19 se déroule selon la formule classique (c’est-à-dire par vote en personne) tout en adaptant quelque peu le processus de vote de manière à se conformer aux directives sanitaires de SPO et du gouvernement provincial », peut-on lire dans le rapport qui sera déposé au conseil le 15 juillet.

« La déclaration d’état d’urgence provinciale est encore en vigueur, mais le personnel est d’avis que l’assouplissement graduel de certains des décrets d’urgence provinciaux et le déconfinement graduel de la Ville permettent de tenir une élection partielle sécuritaire », indique M. O’Connor.

L'ancien conseiller du quartier Cumberland, Stephen Blais

Les ajustements nécessaires afin de respecter les consignes de distanciation imposées par le gouvernement pourraient faire grimper le coût de l’élection de près de 150 000 $.

Le conseil municipal d’Ottawa se penchera sur le dossier lors de sa prochaine rencontre prévue mercredi. Le conseil décidera alors s’il donne son approbation au plan proposé par le greffier municipal.

Les personnes intéressées au poste de conseiller municipal dans Cumberland auront jusqu’au 21 août pour poser leur candidature, si la Ville devait aller de l’avant avec l’élection partielle cet automne.