OC Transpo doit se concentrer sur «l'expérience client», mais aussi «maximiser ses résultats», estime le directeur municipal adjoint.

Légère baisse de l'achalandage pour OC Transpo

Le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, ne se dit pas préoccupé par la «légère diminution» d'achalandage au sein des autobus de ville au cours du dernier trimestre en 2013.
«Il y a en effet une légère diminution, mais non une chute importante, a-t-il assuré. Nous avons atteint 97% de nos objectifs, n'importe quelle organisation aimerait atteindre de telles cibles, peu importe leur champ de travail», a-t-il assuré.
Néanmoins, l'achalandage annuel diminue depuis trois ans. En 2001, OC Transpo a déplacé 103,5 millions clients.  Elle a chuté à 101 millions l'année suivante et à 97,8 millions à la fin de 2013.
Selon M. Manconi, trois tendances expliquent ce phénomène.
« Nous avons perdu 19 300 emplois dans la région de la capitale nationale.  Deuxièmement, le gouvernement fédéral réduit ses effectifs. Le Conference Board du Canada a estimé, l'automne dernier, que 12 000 emplois de fonctionnaires seraient éliminés à Ottawa-Gatineau. Finalement, le chômage élevé chez les jeunes. En Ontario, il est supérieur à la moyenne, a-t-il énoncé. Si on se fie aux données de 1996 à 2013, les changements au chapitre de l'achalandage dans les autobus d'OC Transpo - baisses ou hausses - sont directement proportionnels au niveau de chômage. Presque à 100%.»
Le directeur général a également dressé une liste d'autres facteurs qui pourraient contribuer à cette baisse à l'achalandage, allant de l'utilisation de vélos aux diverses sautes d'humeur de Dame Nature.