Les futures stations du train léger à Ottawa attirent de plus en plus les développements immobiliers.

Le train léger et une nouvelle image pour la Ville d'Ottawa

Le développement immobilier autour des futures stations du train léger sur rail (TLR) prend de plus en plus d’ampleur et la tendance n’est pas sur le point de s’essouffler. L’image de la ville d’Ottawa et son développement connaîtront des transformations au cours des prochaines années, estime Stephen Willis, directeur général des services de la planification, de l’infrastructure et du développement économique.

«Nous misons sur le train léger, soutient M. Willis. Ce qui a changé au fil des années c’est qu’auparavant le gouvernement fédéral s’installait au centre-ville et les emplois dans le domaine des technologies se trouvaient en périphérie de la ville. Maintenant, il y a un mélange des deux.»

M. Willis a révélé, dans une présentation qu’il a faite devant les gens d’affaires d’Ottawa mercredi, que la population de la capitale fédérale dépassera la barre des 1 million d’habitants au cours des prochains mois.

La Ville estime que la phase 2 du TLR engendrera des bénéfices économiques de l’ordre de 4,5 milliards de dollars. Une projection «conservatrice», selon M. Willis.

«Pour chaque dollar du secteur public, on voit que le secteur privé investit la même somme dans le marché immobilier et pas seulement dans les grosses tours», confie-t-il.

Le vice-président de CBRE, Shawm Hamilton, observe que les villes en Amérique du Nord qui ont un système de train léger sur rail ont su développer des milieux où il fait bon vivre et que déjà les effets se font sentir du côté d’Ottawa.

«Nous n’aurions pas tous ces projets de développements sans une telle infrastructure», affirme M. Hamilton. Ce dernier était entouré d’investisseurs qui travaillent sur des projets de développements, comme des projets de constructions de tours de 65 à 40 étagent près des futures stations du train léger.

Watson optimiste

De son côté, le maire Jim Watson a réitéré que la Ligne de la Confédération serait opérationnelle «au début de l’année prochaine» dans un discours énumérant les perspectives économiques de la capitale devant les membres de la communauté d’affaires.

«Un système de train léger de classe mondiale nous aidera à attirer de nouvelles entreprises à Ottawa», souligne M. Watson.

Le premier magistrat a tenu à souligner la bonne santé économique de la région en soulignant que le taux de chômage s’établit à 4,2%. «Le taux le plus bas depuis 30 ans. Depuis, nous avons approuvé des projets qui créeront des millions d’emplois», se félicite-t-il.