Les interruptions de service ont été trop nombreuses durant le dernier mois, estime le DG d'OC Transpo, John Manconi.

Le train léger d'Ottawa gagne en fiabilité, la Ville demeure insatisfaite

L’O-Train gagne peut-être en fiabilité, mais la Ville d’Ottawa est encore insatisfaite de son rendement et retiendra le paiement du mois de novembre prévu au contrat pour l’entretien du système sur rail.

« Je les ai prévenus. Jusqu’à ce qu’on soit satisfaits du service reçu, on ne les paiera pas », réitère le maire d’Ottawa, Jim Watson.

« Ils ont fait du bon travail maintenant, le service est de plus en plus fiable », souligne de son côté le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, ajoutant du même souffle que les interruptions de service ont été encore trop nombreuses durant le dernier mois.

M. Manconi a notamment indiqué au Comité des finances et du développement économique (CFDÉ) mardi matin que le Groupe de transport Rideau (RTG) et sa filiale Rideau Transit Maintenance (RTM) n’ont pas déployé les ressources nécessaires pour prévenir et corriger des problèmes d’aiguillage. Aucun technicien ne se trouvait à la station Blair lorsqu’un bris de ce type est survenu la semaine dernière.

Le processus de remplacement et de réparation du système de contrôle de gestion des trains — un des ordinateurs de bord de l’O-Train à l’origine d’un nombre important d’interruptions de service — se poursuit, selon John Manconi.

« Chaque semaine, il y a de nouveaux spécialistes qui arrivent en ville pour examiner le problème et tenter d’identifier des solutions. Le tout, aux frais de RTG », souligne M. Watson.

95 000 $ par semaine

L’ajout de 20 autobus dédiés au service de remplacement R1 de l’O-Train coûte 95 000 $ par semaine, a indiqué M. Manconi au CFDÉ mardi. Jim Watson précise toutefois que ces dépenses supplémentaires seront facturées au consortium RTG puisqu’elles ont été rendues nécessaires après les insuccès de la Ligne de la Confédération.

Par ailleurs, pour donner du répit aux chauffeurs qui sont forcés d’effectuer régulièrement des heures supplémentaires par les temps qui courent et à un mois de l’ajout de 19 autobus à sa flotte, OC Transpo prévoit embaucher une centaine de nouveaux employés au cours des prochaines semaines.

Environ 160 chauffeurs ont commencé à suivre la formation nécessaire avant de prendre la route avec des passagers à bord. 

John Manconi affirme qu’OC Transpo évalue la possibilité de tenir des séances de formation les samedis et/ou les dimanches pour que ces nouveaux employés soient prêts le plus rapidement possible.