Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Le rêve du bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa persiste

Malgré le refus du maire Jim Watson, des ténors de la communauté franco-ontarienne rêvent toujours à une désignation de bilingue officiel pour la Ville d'Ottawa.
Tout le gratin de l'Ontario français régional était présent à la 8e édition du Rendez-vous francophone du maire, mardi matin, pour souligner les 400 ans du passage de Samuel de Champlain ainsi que de la présence francophone dans la région d'Ottawa. Or, le bilinguisme officiel, sujet de discussion omniprésent à l'hôtel de ville, était sur toutes les lèvres.
«En cette célébration de la francophonie aujourd'hui, Samuel de Champlain serait très fier et il nous souhaiterait de capter un nouveau rêve essentiel: celui d'une capitale bilingue. C'est un coup de coeur, a affirmé Félix Saint-Denis, directeur artistique chez L'écho d'un peuple. Je reconnais les coups de coeur (en matière de francophonie) que fait actuellement le conseil municipal, et je vous en remercie. Mais je pense qu'on a le temps de créer un grand coup de coeur, d'être des leaders et déclaré notre ville officiellement bilingue.»
Le commentaire du bâtisseur franco-ontarien a été accueilli par des applaudissements bien nourris de la salle comble à l'hôtel de ville.
Plusieurs autres acteurs importants franco-ontariens ont tenu les mêmes propos, après la rencontre annuelle des francophones et francophiles.
Le maire Watson refuse depuis toujours de donner un statut bilingue à la Ville d'Ottawa. Pas plus tard que lundi, il a rejeté de nouveau cette proposition lorsque questionné à ce sujet après avoir officialisé sa candidature à la mairie pour le scrutin municipal cet automne.
M. Watson a toujours endossé la politique de «bilinguisme pratique».