Les élus d’Ottawa ont été assermentés, lundi soir. On peut voir à l’arrière Mathieu Fleury, Tim Tierney, Diane Deans, Keith Egli et Rick Chiarelli et devant: Eli El-Chantiry, Jenna Sudds, Jan Harder et Laura Dudas.

Le nouveau conseil municipal d'Ottawa débute son mandat

Le maire Jim Watson et les 23 conseillers, dont sept en sont à leur première expérience en politique municipale, ont officialisé le début de leur nouveau mandat de quatre ans. La cérémonie d’assermentation s’est déroulée lundi soir au centre Shaw devant familles, amis et dignitaires qui étaient réunis pour célébrer l’engagement des élus.

Le maire a été le premier à prêter serment dans les deux langues officielles, suivi par les 23 conseillers tous vêtus de leur toge protocolaire. Ils sont montés sur scène en suivant la garde d’honneur et les drapeaux, dont le vert et blanc franco-ontarien.

Les conseillers et le maire ont été élus lors du scrutin qui s’est tenu le 22 octobre dernier. Depuis, les recrues ont eu la chance d’apprendre les rudiments de leur métier. Ils ont obtenu les clés de leur bureau plus tôt lundi.

Le premier magistrat s’est adressé aux membres du conseil à la fin de la cérémonie. Il a profité de son discours inaugural pour réitérer des promesses électorales en plus de parler du rôle que devront jouer les échevins.

M. Watson a utilisé cette tribune pour parler de certains engagements qui touchent particulièrement la communauté francophone.

« Nous continuerons d’améliorer les services en français et travaillerons pour voir l’ouverture de la nouvelle Maison de la francophonie d’Ottawa, qui servira à la communauté francophone grandissante de l’ouest d’Ottawa », a souligné le maire.

Il a rappelé aux élus qu’ils vivront de bonnes et de mauvaises journées au cours de leur mandat de quatre ans en rappelant une citation de Churchill : « le succès c’est la capacité d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ».

Le maire de Gatineau a assisté à la cérémonie inaugurale, lundi soir. Son homologue ottavien a salué le travail accompli par les deux municipalités au cours des dernières années en soulignant que leur « partenariat n’a jamais été plus fort ».

Début des réunions

Les élus s’attelleront à la tâche rapidement. Trois réunions, dont une extraordinaire, auront lieu au cours des 10 prochains jours. Les échevins devront, entre autres, se prononcer sur le rapport de gouvernance qui mettra la table en ce qui a trait aux différentes composantes de l’appareil municipal. Les questions entourant la marijuana feront aussi surface autour de la table du conseil. À cet effet, les élus ont été convoqués à une séance extraordinaire le 13 décembre afin de prendre connaissance d’un rapport sur les magasins de vente au détail du cannabis et de déterminer si ce modèle de vente sera autorisé sur le territoire de la municipalité.

« Il y a des gens d’expérience et de nouvelles personnes avec de nouvelles idées. C’est important de travailler ensemble. On a beaucoup de choses à faire au cours des prochaines semaines et il n’y a pas de temps à perdre. C’est nécessaire pour nous de commencer le travail dès demain matin », soutient le premier magistrat.

De son côté, le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, voit d’un bon œil la venue de nouveaux élus.

« Les nouveaux membres sont très énergiques, intelligents et ils sont prêts à travailler fort, confie l’élu qui débute son deuxième mandat. C’est très encourageant. Nous avons beaucoup de travail à faire pendant ce mandat comme le nouveau plan officiel. »

La recrue dans Orléans, Matthew Luloff, soutient qu’il veut amener les enjeux de son quartier à la table du conseil comme le transport en commun dans l’est et le besoin de soutien pour la communauté francophone.

Pour sa part, Mathieu Fleury est prêt à travailler avec ses nouveaux collègues. L’élu de Rideau-Vanier compte se pencher sur les besoins en logement abordable, en lien avec le projet controversé de méga refuge que l’Armée du Salut souhaite construire sur le chemin de Montréal.

« Il faut faire un pas de l’avant au niveau du logement et ça peut être un problème qui se règle par lui-même. Il faut considérer une approche complètement différente de ce qui s’est fait dans le passé, précise l’élu qui amorce son troisième mandat. Je suis confiant qu’on peut gagner en cour, mais je pense que c’est une distraction quand les besoins sont au niveau du logement et qu’il faut investir là-dedans. »

+

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

PLAINES LEBRETON: WATSON ATTEND LA DÉCISION DE LA CCN

Le maire d’Ottawa s’est montré prudent en ce qui concerne l’intérêt du groupe DCDLS pour développer les plaines LeBreton.

M. Watson a affirmé qu’il revenait à la Commission de la capitale nationale (CCN) de statuer sur l’avenue à prendre avec le partenaire actuel, soit RendezVous LeBreton qui est piloté par le propriétaire des Sénateurs.

« Je ne sais pas au niveau légal quelles sont les règles à suivre, si on peut travailler avec l’autre consortium ou recommencer le processus. La CCN devra regarder ça d’ici la prochaine réunion en janvier », a-t-il déclaré en marge de la cérémonie d’assermentation du nouveau conseil municipal lundi soir.

Ce dernier ne cache pas qu’il voit d’un mauvais œil la tournure des événements entre M. Melnyk et ses partenaires. Le propriétaire de l’équipe de hockey a intenté une poursuite de 700 millions $ contre ses partenaires d’affaires il y a un peu plus d’une semaine.