À maintes reprises, le maire Jim Watson a répliqué à ces critiques en disant qu’il faisait confiance aux fonctionnaires.

Le maire Watson réitère sa «complète» confiance en SNC-Lavalin

La Ville d’Ottawa était en mode défensive vendredi, quelques heures après que CBC ait révélé des informations selon lesquelles la compagnie SNC-Lavalin s’est vue octroyer le contrat de 1,6 milliard $ pour prolonger la ligne Trillium du train léger même si elle n’a pas respecté une exigence technique, au contraire de ses compétiteurs.

Selon trois sources anonymes qui se sont confiées au diffuseur public, l’entreprise montréalaise n’a pas obtenu la note technique minimum requise pour décrocher cet important contrat, soit 70 %. De leur côté, les autres consortiums dans la course, Trillium Link et Trillium Extension Alliance, ont surpassé la note de passage. 

Il y a un peu plus de deux semaines, rappelons-le, le conseil municipal a voté à 19 contre 3 pour accorder les contrats de la deuxième phase du train léger, dont le coût global est chiffré à 4,7 milliards $. Plus de cinq heures de débat parfois houleux avaient été nécessaires. 

Des trois élus qui se sont prononcés contre l’octroi des contrats, la conseillère Diane Deans avait justement talonné l’administration municipale pendant de longues minutes dans le but que les résultats des soumissionnaires soient révélés publiquement. 

Elle s’était butée, comme quelques-uns de ses collègues, à un refus catégorique.

« Je ne peux pas partager les scores des offres, mais je peux dire que les trois promoteurs ont tous été évalués à la lumière des exigences techniques », avait indiqué Geoffrey Filbert, l’avocat de Norton Rose Fulbright.

À maintes reprises, le maire Jim Watson a répliqué à ces critiques en disant qu’il faisait confiance aux fonctionnaires. C’est ce qu’il a répété vendredi lorsqu’il a été interrogé en marge de l’annonce de l’octroi du financement de 1,2 milliard $ du gouvernement Ford pour le train léger.

« Je ne suis pas un expert dans ce dossier, c’est la raison pour laquelle ont avait des bons avocats et des personnes avec cette spécialisation. J’ai complètement confiance en le processus qui est sous la responsabilité de M. Kanellakos (directeur général de la Ville). Deuxièmement, ça respecte les recommandations d’un commissaire à l’équité, et troisièmement, c’est le meilleur prix pour les résidents et contribuables de la ville », a-t-il réagi en mêlée de presse.

M. Kanellakos persiste et signe lui aussi. 

« La chose que les gens doivent comprendre, c’est que le dossier a été suivi par une personne indépendante qui était présente à chaque réunion et lors des discussions. Si ça déraille ou que quelque chose cloche, c’est le rôle de celle-ci de lever la main et de mettre fin au processus ou encore de me soulever ses préoccupations. Ça n’est jamais arrivé. Le processus est solide et j’ai totalement confiance », a-t-il lancé, spécifiant qu’il trouvait frustrant que certains réclament que l’on parle des détails et de la notation d’un contrat alors qu’il n’était pas encore signé. 

Le tracé de la ligne Trillium sera prolongé de la station Greenboro jusqu’au secteur de Riverside-Sud, incluant un lien vers l’aéroport d’Ottawa.