Le match d'ouverture du Fury (uniforme rouge et noir) à domicile s'est soldé par un verdict nul, samedi.

Le Fury obtient son premier résultat de la saison

En fin de compte, ce fut un beau petit samedi après-midi à la Place TD.

Le soleil est sorti juste à temps. Les 6137 fans qui ont assisté au match inaugural à domicile du Fury d’Ottawa n’ont pas eu trop froid.

Sur le terrain, le club a réussi à obtenir son premier résultat. Un but tardif, dans la 86e minute de jeu, lui a permis de soutirer un verdict  nul de 1-1 au North Carolina FC.

Le milieu de terrain espagnol Cristian Portilla a servi un coup de pied de coin très précis. En tentant de l’arrêter, le gardien des visiteurs, Alex Tambakis, a fait dévier la balle dans son propre filet.

«Nous sommes en train d’établir une fondation. Nous, les entraîneurs, demandons aux joueurs de ne jamais abandonner. Tout le monde doit se battre jusqu’à la fin, peu importe les circonstances», a expliqué l’entraîneur-chef du Fury, Nikola Popovic après la partie.

Après avoir perdu trois matchs d’affilée sur la route, ce premier point gagné au classement fait du bien.

«Nous sommes encore loin de notre potentiel, mais ça s’en vient», assure Popovic.

Le Fury a joué de malchance en première demie.

Dans la cinquième minute, lors d’un coup de pied arrêté, le jeune milieu de terrain Kevin Oliveira a frappé l’extérieur d’un poteau.

Ses coéquipiers ont dicté l’allure de la rencontre dans la première demie, mais ils sont quand même rentrés au vestiaire avec un déficit d’un but.

Lors d’une rare percée dans le dernier tiers du terrain, le NCFC a réussi à marquer un but.

«Quand je dis que nous pouvons nous améliorer, je veux surtout parler de notre manque de constance. En attendant, nous jouons souvent de malchance. C’est incroyable! Chaque fois que nos adversaires s’aventurent près de notre filet, ils marquent», se plaint Popovic.

«Nous voulions vraiment réussir notre premier blanchissage de la saison. Si on oublie ce but et quelques ballons centrés, leur attaque ne nous a pas trop posé de problèmes», renchérit le défenseur irlandais Colin Falvey, qui portait le brassard du capitaine pour cette rencontre.

La frustration semblait grimper, dans le camp du Fury, au fur et à mesure que le match progressait.

En deuxième demie, l’attaquant Michael Salazar semblait profondément contrarié d’être rappelé au banc pour une substitution. Il a refusé de serrer la main que son entraîneur lui tendait, sur les lignes de côté.

«Ça va. Tous nos joueurs voulaient prouver aux partisans qu’ils étaient capables d’obtenir un résultat, après nos difficultés rencontrées sur la route. La frustration, c’est un sentiment normal quand l’équipe ne connaît pas de succès. Ce qu’il faut retenir de cette rencontre, c’est que nous avons continué à nous battre jusqu’à la fin», fait Popovic.

Le Fury se produira de nouveau devant ses partisans, la fin de semaine prochaine. Le défi sera de taille, contre un FC Cincinnati qui a déjà obtenu deux victoires sur la route.