Le Muséoparc a officiellement débuté le processus d’entaillage de ses érables, samedi, marquant ainsi le lancement de la saison des sucres dans le secteur Vanier.

Lancement de la saison des sucres au Muséoparc [VIDÉO + PHOTOS]

Les amateurs de sucreries ont de quoi se réjouir. Le Muséoparc a officiellement débuté le processus d’entaillage de ses érables, samedi, marquant ainsi le lancement de la saison des sucres dans le secteur Vanier, à Ottawa.

L’érablière du Muséoparc était ouverte à tous les bénévoles qui ont voulu contribuer à l’entaillage des érables. Il s’agissait du même coup d’une belle façon de rallier l’esprit communautaire du quartier Vanier.

«L’entaillage des érables se fait toujours à peu près au milieu du mois de février. On va entailler environ 600 érables et c’est important que la communauté le fasse avec nous.», indique le directeur  général du Muséoparc, Jean Malavoy.

À LIRE AUSSI : Le sirop royal de Vanier

«Le Muséoparc dépend énormément des bénévoles. Nous en avons peut-être 250 qui nous aident avec l’entaillage. Ces mêmes bénévoles viendront récolter l’eau d’érable quand elle commencera à couler. C’est vraiment un engagement communautaire», a-t-il enchaîné.

Les petits comme les grands ont mis la main à la pâte pour aider à entailler les érables du Muséoparc.

L’esprit de bénévolat et d’entraide se reflète sur le personnel de la cabane, qui est composé presque uniquement de bénévoles.

«On a un chef qui est rémunéré, mais disons qu’il est généreux. Il pourrait faire beaucoup plus d’argent ailleurs, mais il accepte moins d’argent pour contribuer au succès de la cabane. Tous les autres employés sont bénévoles.»

Pour collecter l’eau d’érable, les températures doivent osciller entre -5 degrés la nuit et 5 degrés le jour.

«S’il fait trop froid, on peut entailler quand même, mais l’eau ne coulera pas jusqu’à ce que la température soit plus clémente. Ça peut prendre environ deux semaines après l’entaillage».

Pour M. Malavoy, l’activité d’entaillage de samedi représente parfaitement la mission de la cabane à sucre de Vanier.

«C’est une cabane communautaire, elle n’est pas commerciale du tout. Elle appartient à la communauté de Vanier. La première cabane a été construite en 1939 par les Pères blancs. Puis, quand ils ont quitté en 1987, la communauté a décidé de reconstruire une cabane qui a ensuite été agrandie à quelques reprises.»

M. Malavoy indique qu’il travaille présentement sur un projet d’agrandissement de la cabane, ce qui ferait passer la capacité d’accueil au-delà de 40 personnes.

Une activité familiale d'entaillage d'érables avait lieu samedi au Muséoparc.

Par ailleurs, le restaurant de la cabane a sucre du Muséoparc de Vanier a officiellement ouvert ses portes dimanche à ceux qui désirent se sucrer le bec. 

La cabane à sucre sera ouverte du 16 février au 26 avril les mercredis et jeudis sous réservation. Elle sera aussi ouverte du vendredi au dimanche entre 9h et 14h.

La cabane à sucre du Muséoparc à Vanier est d’ailleurs la première cabane à sucre en milieu urbain au monde.