L'Irak cherche à construire un nouvel immeuble à l'intersection du chemin Birch et de la rue Pond.

L'ambassade de la discorde

Les résidents du quartier Rockcliffe qui s'opposent à la construction de la maison de l'ambassadeur irakien au Canada pourront faire valoir leurs opinions une dernière fois demain devant le comité d'urbanisme de la Ville d'Ottawa.
L'Irak cherche à construire un nouvel immeuble à l'intersection du chemin Birch et de la rue Pond. L'an dernier, le pays croyait rénover la demeure de son ambassadeur au 187, chemin Lansdowne, aussi situé à Rockcliffe. Toutefois, l'immeuble qui avait été originalement bâti pour le magnat de l'alimentation, Bertram Loeb, était abandonné depuis 1991. C'est l'année où l'Irak a envahi le Koweït, ce qui avait causé des tensions avec le Canada. Au fil des ans, la moisissure a envahi l'endroit. Cependant, la Ville avait empêché sa destruction - à la suite d'une demande du gouvernement irakien - l'année dernière en raison de son cachet patrimonial.
La construction d'une nouvelle demeure de 1500 mètres carrés nécessite l'approbation des élus puisqu'elle se situe dans un «district patrimonial» de la municipalité. Sinon, un simple permis de construction aurait été nécessaire.
En décembre, une poignée de résidents des environs avaient comparé la future structure à un «Holiday Inn Express», ce qui jurait avec le «caractère du quartier.» Des questions de sécurité ont aussi fait surface. À leur avis, une clôture de 1,5 mètre est inadéquate.
«Celle de la résidence antérieure de l'ambassadeur était beaucoup plus haute», avait déclaré Steve Rogers, le voisin situé en face du site proposé.
La présence continuelle d'autopatrouilles sur la rue Birch «n'est pas idéale non plus» en raison de la forte présence d'autobus et de vélos, avait-il plaidé.
L'Irak doit aussi remplacer son ambassade de la rue McLeod, en face du Musée canadien de la nature. La nouvelle structure aura la forme d'une ziggourat mésopotamienne, une structure répandue au Moyen-Orient. Ce changement a déjà reçu l'aval du comité.
La réunion de demain a lieu à 9h30 à la salle Champlain de l'hôtel de ville. Le conseil municipal doit décider du sort ultime de la résidence de l'ambassadeur irakien le 22 janvier prochain.