Jim Watson ne ferme pas la porte à une diminution du coût des permis d'exploitation pour les compagnies de taxis.

« Laissez les agents faire leur travail », lance Jim Watson aux chauffeurs de taxi

Le maire Jim Watson condamne les agissements d'un groupe de chauffeurs de taxi d'Ottawa, qui ont filmé des conducteurs d'Uber à leur insu, afin d'accumuler des preuves incriminantes destinées aux autorités municipales.
«Ça n'aide pas la cause des chauffeurs de taxi quand on a une bande de soi-disant justiciers qui filment les gens à leur insu», a commenté M. Watson, jeudi.
Le maire réagissait à l'initiative de certains chauffeurs de taxi, qui piègent des conducteurs d'Uber en leur posant diverses questions sur le service de covoiturage - coût du trajet, âge de la voiture, nom du conducteur, preuves d'assurances. Des vidéos de ces échanges ont été diffusées sur YouTube.
«Je ne pense pas que ça aide la cause des chauffeurs de taxi de faire des opérations (d'infiltration)», poursuit M. Watson, pour qui de tels agissements les font passer pour des «voyous» (thugs). «Laissez les agents faire leur travail.»
À l'heure actuelle, des agents des règlements de la Ville d'Ottawa posent en faux clients d'Uber afin de donner des contraventions.
Depuis octobre, plus d'une centaine d'accusations ont été portées contre une cinquantaine de conducteurs du service Uber. Au total, une quarantaine d'entre eux ont été déclarés coupables et condamnés à plus de 22000 $ d'amendes.
Révision des règles
La Ville d'Ottawa procède en ce moment à la révision complète des règlements encadrant l'industrie du taxi sur son territoire. Les résultats d'une étude devraient être présentés au début de 2016.
Le maire ne ferme pas la porte à une diminution du coût des permis d'exploitation. «C'est une possibilité, dit-il. Je pense que c'est important que tout le monde soit sur un pied d'égalité. C'est une avenue que le groupe [...] pourrait examiner.»