L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant

Le projet d’agrandissement du Château Laurier pourra aller de l’avant. Le dernier effort pour empêcher la construction de l’annexe au design controversé a échoué, jeudi, comme on pouvait le prédire après la séance du conseil municipal d’Ottawa de la veille.

En milieu de semaine, la motion du conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, pour révoquer le permis en matière de patrimoine a été défaite avec une majorité de 14 votes contre 9. Un nouveau vote devait toutefois être tenu puisque la conseillère Diane Deans a présenté une motion de réexamen de la proposition de M. Fleury, appuyée par plus du tiers du conseil.

À LIRE AUSSI :

> La ministre McKenna s’en mêle, la CCN réagit

> Le ministre Rodriguez invité à s’en mêler

Le controversé Château Laurier revient à l’agenda

L’élu du quartier Collège, Rick Chiarelli, avait voté stratégiquement contre la motion de Mathieu Fleury afin de pouvoir appuyer la requête de Mme Deans. Voyant que leurs démarches pour empêcher la construction de l’annexe du Château Laurier s’apprêtaient à être infructueuses, un groupe d’élus ont concocté ce plan pour gagner du temps.

Ces conseillers croyaient que le nouveau vote sur la motion aurait lieu à la prochaine séance du conseil municipal à la fin du mois d’août. Le maire, Jim Watson, les a toutefois pris de court en proposant la tenue d’une séance extraordinaire du conseil municipal jeudi après-midi.

Avant de pouvoir tenir un nouveau vote sur la motion de Mathieu Fleury, le processus de réexamen prévoit que la majorité du conseil accepte de rouvrir le débat, ce qui n’a pas été le cas. Tous les élus qui ont voté contre la motion pour révoquer le permis de Larco Investments — propriétaire du Château Laurier — mercredi ont refusé de rouvrir le débat, à l’exception de M. Chiarelli. La demande de réexamen de la proposition a donc été défaite à 13 contre 10.

Disposant de moins de 24 heures pour convaincre leurs collègues, les élus qui appuient la démarche de M. Fleury n’ont pas réussi à renverser la vapeur. Ce dernier affirme même que ses collègues n’ont « pas respecté la démocratie », jeudi.

« Ce qu’on a vu, c’est qu’il semble y avoir un parti politique à l’hôtel de ville, ça vote en bloc, lance Mathieu Fleury. Le vote aurait pu être le même, mais permettre aux élus encore une fois de présenter différentes composantes avait une valeur. C’est une façon de fermer le débat. »

« Normalement, quand tu demandes le réexamen d’une motion, il y a une certaine période de temps pour permettre la réflexion. […] Ça devait nous donner sept semaines et beaucoup de choses auraient pu se passer pendant ce temps », affirme M. Chiarelli qui, malgré son appui à M. Fleury, verra son nom demeurer dans la colonne des « contres » dans les archives de la Ville.

Le maire, Jim Watson, balaie les accusations d’avoir adopté une démarche anti-démocratique en votant contre la tenue d’un nouveau débat sur la motion de Mathieu Fleury. Il estime qu’aucune nouvelle information n’était disponible depuis les longs échanges qui ont eu lieu la veille.

« Nous discutons de ce projet depuis environ 1200 jours. Une majorité de conseillers ont dit qu’il était de passer à autre chose. Nous en avons débattu pendant longtemps, durant des dizaines de réunions et de consultations », soutient M. Watson.

Pour la suite des choses, le maire s’attend à ce que le groupe citoyen « Les Amis du Château Laurier » dépose une poursuite contre la Ville. De son côté, le conseiller Fleury affirme que « toutes les options sont sur la table » pour continuer la lutte et empêcher la construction de l’annexe au Château Laurier.