Les forces de l’ordre pleurent encore le décès de l’agent d’Ireneusz «Eric» Czapnik.

L’agent Czapnik honoré à Ottawa

Dimanche marquera le dixième anniversaire de la mort du policier du Service de police d’Ottawa (SPO), Ireneusz « Eric » Czapnik, lui qui a été tué en service par Kevin Gregson, lui-même un ex-policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Le soir du 29 décembre 2009, M. Czapnik, alors âgé de 51 ans, rédigeait un rapport dans le stationnement du campus Civic de l’Hôpital d’Ottawa après y avoir accompagné une victime de violence conjugale. Le meurtrier, M. Gregson, s’est alors approché du véhicule de patrouille dans lequel se trouvait M. Czapnik armé d’un couteau avant de le poignarder à mort.

M. Gregson a été reconnu coupable de meurtre au premier degré en mars 2012 et a obtenu une sentence de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. M. Gregson s’est aussi vu ajouter une sentence de 10 ans de pénitencier pour avoir violé une fillette de 10 ans.

Une rue menant au poste de police du secteur Orléans porte d’ailleurs le nom du défunt agent du SPO depuis septembre 2012.

« Dix ans après sa mort, nous continuons à honorer la mémoire d’Eric. Il était un grand policier qui aimait sa famille, une grande personne. Nous célébrons sa vie et nous sommes en deuil », a indiqué l’actuel chef du SPO Peter Sloly.

« Le 29 décembre sera une journée éprouvante pour ceux qui répondirent à l’appel et pour les proches d’Eric. C’est là un rappel des dangers rencontrés au sein de cette profession. Anna et les enfants d’Eric pourront toujours compter sur notre appui et se trouveront toujours en famille au sein du Service de police d’Ottawa », poursuit-il.

« Alors que l’année tire à sa fin, il est naturel que l’on se remémore le passé et qu’on envisage l’avenir. En ce dixième anniversaire de la mort de notre confrère Eric Czapnik, nous songeons à la nature précieuse d’une vie, à comment elle peut être dérobée, en un instant, dans le noir. Nous rendons hommage au sacrifice d’Eric, et auprès de sa famille, nous évoquons son affection envers ses confrères et consœurs », a déclaré pour sa part le président de l’Association des policiers d’Ottawa, Matt Skof.

Déclaration de la veuve

La veuve de M. Czapnik, Anna Korutowska, a d’ailleurs publié vendredi une déclaration écrite afin d’honorer la mémoire de son défunt mari.

« Dix ans après, je ne peux m’empêcher de repenser au parcours de ma famille depuis le décès prématuré d’Eric. Pendant un an ou deux, les choses furent très difficiles. J’étais bouleversée par mes émotions — la tristesse et le deuil — à chaque mention d’Eric, mes yeux se remplissaient de larmes. Au fil des ans, mes réactions se sont atténuées, mais pas tout le temps. »

Mme Korutowska prend aussi le temps de souligner qu’un fort lien s’est établi entre elle et le SPO depuis la mort de l’agent Czapnik.

« Je sais que bien des membres de la police d’Ottawa et du Service paramédic d’Ottawa furent affectés profondément et à jamais par les événements de cette nuit glaciale et fatidique. En un instant, il s’est formé entre nous un lien et un cercle de soutien. Nous prenons la peine de nous réunir au moins une fois l’an pour nous remémorer Eric, mais aussi pour nous réconforter et nous abreuver à nos forces vives. »

Mme Korutowska conclut en priant les médias et le public de bien vouloir respecter son intimité et celle des membres de sa famille.